RĂ©pondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Auteur Message
  Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 19 Mai 2014 10:46 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 12 Oct 2013 20:37
Message(s) : 16
J’étais très enthousiaste à l’idée de partir vivre à Sydney vu ce que je pouvais lire. Je n’étais pas du tout anxieuse à l’idée de quitter famille et amis ou d’être confrontée à l’inconnu car entre 20 et 30 ans j’ai habité 7 ans aux USA, 1 an à Londres et 2 ans en Asie du Sud-Est. Mon mari a donc démissionné de son poste de cadre supérieur en France pour être embauché sous contrat Australien. Nous sommes arrivés à Sydney en début d’année avec notre petite fille de 2 ans. Trop tôt pour faire un véritable bilan, mais j’avoue que pour l’instant je ne partage pas du tout l’enthousiasme de mon mari ou de certains d’entre vous sur la vie en Australie. Je vais tenter de vous expliquer avec un peu d’humour pourquoi je n’aime pas vivre ici. Je tiens à préciser que nous nous sommes installés en Australie en famille pour y vivre de façon permanente et qu’il ne s’agit pas d’une expérience de 2 ou 3 ans pour découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture tout en travaillant.

Tout d’abord, il me semble que l’Australie soit un fantasme pour beaucoup de Français (tout comme ce pays l’était pour moi) et comment leur reprocher ? Même les médias vont dans ce sens en mettant dans les classement des 10 meilleurs endroits au monde où vivre 4 villes Australiennes ! Seulement les critères qu’ils utilisent pour faire leur ranking me fait penser aux biens choisis par l’INSEE en France pour nous montrer que l’inflation a été quasi non-existante alors que notre portefeuille nous dit le contraire en devenant plus léger. Certes, il y a des points très appréciables tels que vivre en bord de la mer, vivre sans avoir à penser à l’insécurité, vivre loin du marasme économique que l’on peut connaître en France, se dire que nos enfants seront véritablement bilingues … Cependant de là à faire une éloge dithyrambique de l’Australie, il y a un pas que je ne franchirais pas. La désinformation a commencé dès notre plus tendre enfance avec les koalas. Ensuite, il y a eu nos années ado pendant laquelle on a écouté Kylie Minogue, INXS ou ACDC en boucle. Plus récemment on a tous rêvé d’être le gagnant du meilleur job au monde pour travailler sur une plage du Queensland et quand on est coincé, entassé comme une sardine dans le métro parisien mais content d’être au sec car dehors la pluie est glaciale, alors cette image de la plage de sable blanc bordée par des cocotiers revient tel un boomerang et tu te dis «un jour ce sera moi». Bientôt tu brouteras une herbe plus verte dans la patrie des kangourous et koalas. Le koala : un des grand symbole de l’Australie. J’adore les koalas, tu adores les koalas, il adore les koalas, nous adorons les koalas … Néanmoins, qu’est-ce qu’un koala ? un marsurpial assoupit le plus clair de son temps. Cet animal est donc une grosse feignasse. D’ailleurs, cet animal disparaît petit à petit à cause de l’urbanisation. Les eucalyptus sont coupés et il se fait écraser sur les routes. Vous connaissez l’histoire de Paf le koala ?

En fait, loin du fantasme la réalité australienne est toute autre et si l’herbe est verte c’est parce qu’il pleut beaucoup. J’avais lu sur le net que Sydney pouvait s’enorgueillir de 300 jours de soleil par an. Foutaise ! Je vous l’accorde, il n’en reste pas moins que la météo est plus clémente que celle du nord de la France; mais je m’attendais à beaucoup moins de pluie. Avec la pluie et la végétation qui en profite pour reprendre ses droits, il y a plein de bestioles! Mais où sont passés les animaux mignons, emblèmes de tout un peuple ? … Au zoo de Taronga !! Alors vous me direz des bestioles nous en avons aussi dans nos jardins en France, sauf qu’ici les araignées peuvent être mortelles (j’ai déjà tué plusieurs redback dans notre jardin), les cafards volent, les pinces-oreilles font la taille de mon petit doigt et des sangsues on n’en trouve pas dans nos jardins français. Apparemment, il faut aussi faire attention aux tiques qui tombent des arbres ! Alors oui, j’ai beaucoup de mal à m’acclimater à cette nouvelle vie. Je pensais naïvement que les bestioles, on ne les trouvait que dans le bush et non pas dans des zones résidentielles à moins de 30 minutes d’une des plus grandes villes du pays. Je n’ose plus ouvrir les fenêtres de la maison. Toute la nourriture qui n’est pas au frigo est stockée dans des Tupperwares … et non, je ne suis pas parano c’est vraiment le seul moyen de limiter le nombre de cafards, fourmis, et autres bestioles à 6 ou 8 pattes. Pays à la c** qui me rend dingue !! La bombe insecticide n’est jamais loin de moi.

Je suis aussi surprise d’apprendre que les villes australiennes soient aussi bien classées car au pays des koalas et des kangourous le coût de la vie est exhorbitant, en particulier pour ce qui concerne l’immobilier. Or nous avons tous besoin de nous loger. Notre niveau de vie a nettement diminué même si le salaire de mon mari a été augmenté de 20% en arrivant ici. En France, nous vivions dans une grande maison de ville avec jardin de l’ouest parisien (à quelques minutes en voiture de Paris intramuros) et je dépensais sans compter alors qu’ici on dois faire attention à notre budget. Il faut dire qu’avec le coût de la location de notre PETITE maison et la crèche (133$ par jour) de notre fille c’est déjà près de 8,000$ qui s’envolent ! Pas de tax rebate pour le childcare et pas de Medicare non plus car nous sommes sous visa 457. On a pris une assurance santé privée. A la fin du mois, avec le loyer, le childcare, les abonnements téléphoniques, internet, les coûts associés à la voiture et la moto, l’alimentation, les utility bills, … on dépasse vite les 10,000$ par mois et on ne s’est pas encore vraiment fait plaisir ou parti en week-end.

En emménageant ici, on s’est aussi rendu compte que les maisons ici n’ont aucune isolation sonore. On habite dans une petite rue et mon dieu que c’est bruyant. On croirait vivre au bord d’une route nationale et comme les Australiens commencent leur journée tôt, le passage des voitures et des poubelles nous réveille dès 5:30 du matin ! et quand ce n'est pas les voitures c'est les kokaburras qui prennent le relais à 5:47 tous les matins. Un kokaburra est un oiseau qui fait exactement le même bruit qu'un singe hurleur. Au début on trouvait ça fun car ça nous donnait l'impression de vivre dans la jungle. Je dois vous avouer que maintenant je leur tordrais bien le cou. Satanés Kokaburras !! L’après-midi c’est le festival des tondeuses à gazon. Le seul avantage des journées pluvieuses et que ces après-midi là, nos oreilles ont du répit.

Nous rentrons doucement dans les mois d’hiver et on constate qu’il n’y a aucune isolation thermique non plus. Dès que la nuit s’installe les températures tombent et les nuits sont très fraîches (autour de 12C actuellement à Sydney et elles seront apparemment autour de 8C en juillet). Comme dans beaucoup de pays où l’hiver est court, le chauffage n’existe pas et si on veut se chauffer, il faut prendre un radiateur portatif ! Mais qu’est-ce que je fais ici ? J’en discutais avec une australienne qui m’a dit : « you need to roughen up a bit». Bien sûr que oui et va te faire f***** j’ai eu envie de lui répondre avant d’ajouter que dans les pays développés ils avaient inventé les cheminées il y a plus d’un siècle ! Je me suis abstenue car je savais que ça mènerait à rien de bon.

Concernant l’immobilier, il existe une différence majeure avec la France. Autant les lois françaises protègent à mon avis trop les locataires, autant ici elles ne les protègent pas assez. Les baux ont une durée d’un an et si après cette première année le propriétaire ne veut pas prolonger le bail, le préavis est seulement d’un mois. Sur un marché de l’immobilier hyper tendu, c’est stressant de se dire qu’on risque de devoir déménager tous les ans et encore plus stressant de se demander si on trouvera un logement « potable » en moins d’un mois. Si on casse le lease avant 1 an, on doit payer des pénalités. Aussi, en tant que locataire, pas le droit de planter un clou dans un mur pour y accrocher un cadre ou autre bibelot sans demander l’accord au préalable au propriétaire. Si accord il donne, il n’en reste pas moins que le mur devra être remis à neuf à la fin de la location (et pas juste un petit enduit pour boucher le trou). Sur le principe, ceci ne me choque absolument pas, mais si après un an le propriétaire reprend son bien, le clou planté dans le mur revient cher. Bref, on se dit qu’on achètera dès qu’on sera résident, mais là encore ce n’est pas évident de trouver une maison avec jardin qui soit en bon état à moins $1.3 millions avant le début des enchères. Le marché immobilier est tellement tendu que 99.9% des biens à vendre se font par enchères par un prix de réserve bien-entendu que l’acheteur potentiel ne connaît pas. Si vous pensez que le marché immobilier parisien c’est du n’importe quoi, attendez de venir à Sydney !

A tout cela, s’ajoute des détails mais ces petits riens ne m’aident pas à rebondir pour tenter d’apprécier la vie ici au quotidien. Dans le désordre : aucun plaisir à aller faire un peu de shopping car tout est tellement moche. Les cafés ou restaurants n’ont aucune âme, c’est juste des endroits avec une déco très minimaliste quand bien même il y a une déco pour manger ou boire un verre. A 22 degrés Celsius l’été, l’eau du pacifique est trop froide pour moi pour s’y baigner. Trouver une place pour se garer dans le centre de Sydney est aussi pénible qu’à Paris et plus son coût plus élevé. Dans les supermarchés, sur l’emballage des poulets on peut se réjouir de lire que ces pauvres bêtes avaient assez de place pour déployer leurs ailes. Une stratégie marketing qui ne rend perplexe sur l’achat de viande ici. On se réjouit d’avoir trouvé un bon boucher. La notion de service n'existe pas.

Je vais quand même terminer ce message de façon positive. Nous habitons au nord de Sydney dans le coin des northern beaches qui en plus d'être magnifique est fantastique pour les enfants avec des aires de jeux incroyables, de belles plages partout pour jouer dans le sable, beaucoup de piscines avec bassins pour toddlers ... C’est un bonheur de voir évoluer ma fille dans un environnement avec peu de pollution, des oiseaux (loriquets et cacatoes) et de la verdure partout.
Les gens sont en général beaucoup moins stressés qu'en France et même si leur côté mielleux peut être déconcertant au départ, cela reste plus agréable.
Pour les cadres sup. le "non travail" en dehors des heures de bureau semble être beaucoup plus respecté ici qu'en France.

Si je me suis décidée à écrire ce message qui va à l’encontre de beaucoup de chose que l’on peut lire, c’est pour montrer que l’Australie n’est pas, selon moi, un endroit idyllique pour tout le monde. En tout cas, ça ne l’est pas pour moi. Alors bien-sûr je vais faire mon maximum pour m’y adapter, pour positiver car un retour définitif vers la France n’est pas possible avant plusieurs années, si retour il y a.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 19 Mai 2014 13:47 
Mate
Mate
Hors-ligne
Inscription : 28 Oct 2013 23:21
Message(s) : 29
Merci pour ce retour d'experience. Je suis arrivé à Adelaide à la même période que vous, et je suis plutôt d'accord sur le fait que l'Australie est complètement fantasmé par les français. Il faut bien prendre conscience que l'Australie est un pays très jeune qui est toujours en plein développement, mais isolé du reste du monde et globalement pas encore au niveau de confort des pays européens. Le double vitrage (inexistant ici) ou l'isolation sonore, c'est pas la priorité en effet...

Pour notre part, on a un avis plutôt positif (faut dire que ça nous a sorti d'une vie plutôt pauvre en France, c'est un peu l'inverse de vous), mais je pense que sur le moyen terme les points négatifs vont peut être aussi peser sur le moral.

Par contre je suis plutôt étonné du coût de la vie à Sidney. Je savais que c'était plus cher qu'une ville comme Adelaide, mais dans ces proportions, c'est assez incroyable. Je suis aussi curieux de savoir comment sont les gens à Sidney. Ici à Adelaide, globalement les gens manquent beaucoup de classe et de savoir vivre, c'est plutôt "rude" (le mot anglais) que raffiné, que ce soit dans le style vestimentaire que le comportement. Pour une finir sur une note d'humour, j'ai été étonné de redécouvrir les jacky avec les voitures tunées, avec ailerons et pots d'échappement énormes et bruyants qu'ils font hurler en accelerant à fond pour faire 100 mètres entre deux feux rouges. C'est le genre de truc devenu totalement ringard et grotesque en France :)


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 22 Mai 2014 01:37 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 28 Avr 2014 02:46
Message(s) : 13
Merci pour ce retour d'expérience qui remet les choses en place :) ou en tout cas a le mérite de donner un autre éclairage aux commentaires idylliques que l'on peut lire partout.

Une fois qu'on a conscience que le paradis n'existe pas, il est plus "facile" de se préparer aux côtés négatifs (et il y en a partout ! et différents pour chacun).

Pour ma part, j'arrive avec les enfants à Killarney Heights en juin 2014 (bientôt!). J'appréhende un peu ce changement, même s'il est voulu.

Je crois que vous n'ĂŞtes pas bien loin ; pĂŞ pourrons nous nous rencontrer une fois sur place pour Ă©changer ?


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 22 Mai 2014 10:52 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 12 Oct 2013 20:37
Message(s) : 16
Bienvenus ! Killarney Primary school et son programme en français ont très bonne réputation. J’ai une amie qui a sa fille de 8 ans inscrite dans cette école et qui en est très satisfaite. Notre petite fille ira dès qu’elle aura 5 ans. Killarney Heights est effectivement pas loin de là où nous habitons, Seaforth (près de Manly). Nous allons souvent petit-déjeuner le samedi matin sur la petite place à côté de l’école de Killarney car une boulangerie française propose de bons croissants et même parfois des chouquettes ;-). Pendant que les petits jouent dehors (petite aire de jeux), les parents prennent leur café en terrasse. Je vous laisse mes coordonnées en message perso.
En arrivant en juin, pensez à mettre quelques pulls et une polaire dans vos valises car même si les journées sont ensoleillées et températures très agréables depuis 15 jours, il fait frais quand le soleil se couche (à 17h en ce moment).

Quelques remarques sur les Australiens pour rebondir sur le commentaire de Dahu :
J’ai pu constater que les petits australiens sont élevés à la dur par rapport à nos bambins. Par exemple, ma petite fille allait aux bébés nageurs en France et nous voulions vraiment qu’elle commence les cours de natation ici. J’ai eu du mal à trouver une piscine qui soit bien chauffée pour éviter qu’elle tombe malade l’hiver. La plupart des piscines (non couvertes) proposent des cours dans une eau à 27C (contre 32 en France) et qu’il pleuve ou vente les cours ont lieu. Bon, j'en quand même fini par trouver une piscine couverte chauffée à 33C :D Un autre exemple, j’ai du emmener ma petite fille chez un médecin car elle avait de la conjonctivite liée à un gros rhume avec sinus pris... J’en suis ressortie bredouille et le portefeuille plus léger : aucun médicament prescrit car le médecin considère que les petits doivent développer leurs anticorps … Je ne prétends pas que cette vision d’élever nos chères têtes blondes est moins bien ou mieux, elle est juste différente et explique peut-être en partie pourquoi nous pouvons parfois les trouver durs.

C’est d’ailleurs déroutant car tellement en opposition avec un autre aspect de leur éducation. Je lisais dans un magazine local que l’éducation des enfants ici est sujette au «self-esteem movement » qui préconise de récompenser la participation au détriment de la valeur de l’effort fourni. En bref, tout le monde à de bonnes notes. Personne ne gagne donc et personne ne perd, mais cette éducation n’apprend pas l’humilité et ne prépare pas les enfants à la réalité qui les attend en devenant adultes, prévenait l’auteur de cet article. Peut-être cette éducation est-elle aussi une des raisons pour laquelle les australiens évitent tout conflit. La philosophie du « no worries » est leur positivisme est poussé à un tel paroxysme que ç'en est parfois ridicule. Par exemple des Australiens définissent la pluie comme du « liquid sun ».

Ce qui me choque le plus ici chez beaucoup d'Australiens c’est le total manque de respect pour les clients ou patients. La culture du service est proche de zéro que ce soit au restaurant, dans les magasins ou chez le médecin. J’ai été outré de découvrir que la consultation chez le médecin soit facturée en fonction du temps passé en consultation ! Dans un magasin d’électroménager, les vendeurs se prenaient la tête entre eux (bien-sûr avec toutes les formules de politesse et les sourires hypocrites nécessaires) devant nous pour savoir lequel prenait sa commission sur l’écran plat, le frigo, le sèche linge et l’aspirateur que nous achetions … Je ne vais même pas vous parler des relations avec les agents immobiliers qui se croient les rois du monde. Ceci-dit, il y a aussi des personnes charmantes !

Nous habitons clairement dans une banlieue favorisée de Sydney et je ne ressens pas vraiment le côté «rude» des Australiens. C’est vrai que j’en ai rencontré très peu, mais nos voisins par exemple sont charmants, courtois … Les standards de mode sont bien différents de ceux européens et c’est vrai qu’en voyant les vitrines des magasins, peu donne envie d’entrer pour découvrir leur collection. Ceci dit même à Paris, on côtoie beaucoup de personnes mal habillées.
Pas de voiture tunée non plus dans le coin où on habite. Au contraire, c’est plutôt une conduite lente et très (voire trop) disciplinée.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 25 Mai 2014 00:02 
Mate
Mate
Hors-ligne
Inscription : 28 Oct 2013 23:21
Message(s) : 29
Bonjour,

je voudrais réagir là dessus:

Citer :
La culture du service est proche de zéro que ce soit au restaurant, dans les magasins ou chez le médecin.


C'est curieux parce que justement nous trouvons que comparé à la France, il y a précisément ici une culture du service qui n'existe pas (plus?) en France. Je ne connais qu'Adelaide, donc peut être que c'est très différent de Sydney.

Juste quelques exemples banal: par exemple le postier sonne pour livrer un coli, et avec le sourire. En France on avait abandonné toute idée de se faire livrer quelque chose, le livreur ne sonnait même pas (est-ce qu'il passait dans la rue au moins?) et on devait se débrouiller avec le numéro de suivi pour trouver nous même le coli et aller le chercher. Si on était pas au courant de l'arrivée d'un coli, il repartait à l'envoyeur...

Pour les agents immobilier, peut être qu'on a de la chance, mais on est tombé sur des gens qui font vraiment leur métier. En France, une fois les frais d'agence payés, plus personne ne répondait au téléphone. Ici, pour l'instant en tout cas, la moindre de nos demandes a été exaucées, mêmes les petits trucs pas glorieux comme faire changer une pomme de douche, en 24h chrono.

Dans tous les magasins où nous sommes allés, les vendeurs sont très serviables et aimables. En France, si on dit que l'on veut juster regarder et pas acheter, c'est limite si on se fait raccompagner dehors avec un total mépris. Et même si on veut acheter, poser des questions sur un produit est pris comme un agression par le vendeur. Ici les vendeurs discutent, montrent leurs produits, donnent des conseils, racontent leur vie... Parfois c'est presque trop: pour acheter une table, la vendeuse nous a raconté l'histoire de sa mère italienne qui a migré en Australie 40 ans auparavant. Mais en même temps ma femme s'est fait une amie à force de côtoyer et discuter avec une vendeuse dans un magasin de cosmétique. C'est presque agréable de faire les courses ou du shopping ici, c'est très surprenant venant de France. "le client est roi" prend tout son sens en Australie !

Dès qu'on demande un service pour n'importe quoi, il y a toujours quelqu'un qui aide, et avec "passion". Je pense que la palme d'or revient à la banque (on est chez NAB). Ils sont toujours très disponibles et très aimable pour n'importe quel service. En France, que ce soit la Société Générale ou LCL, on a toujours été traité par le mépris pour la moindre demande. Récemment j'ai voulu changer auprès de ma banque française mon numéro de portable pour mettre celui en Australie. Le "conseiller" a commencé par me demander (en me tutoyant !!!) si j'étais étudiant et venait de quitter le domicile de mes parents, et que pour ce genre de service il fallait fournir un justificatif fiscal en Australie. Je les ai envoyé ch...ier en les insultant et j'ai écrit une lettre à la direction pour me plaindre. Mais pour qui ils se prennent à la fin? Le lendemain mon numéro de téléphone était changé, le N+1 s'est excusé et à dit qu'il allait engueuler mon conseiller pour incompétence...

Enfin bref, ce n'est pas qu'un détail, c'est tout le temps comme ça en France. Même envoyer de l'argent depuis mon compte français en Australie est un parcours du combatant. Juste avant de quitter la France je voulais envoyer 1000$, le "conseiller" m'a carrément répondu en soufflant de fatigue "pfff, ça va être compliqué j'ai pas envie maintenant...". Finalement il m'a demandé de faire une lettre pour réclamer un transfert, que je devais envoyer à son n+1 qui le ferait à sa place... Incroyable... Ici en Australie, je n'ai jamais eu ce genre de problèmes. Les employés de banques ont toujours répondu à mes demandes tout de suite. Avec le sourire, et en s'excusant si ça prend un peu trop de temps.

Enfin bref, pour finir, je trouve que justement ici en Australie, il y a la culture du client et du service rendu. Chose qui n'existe plus en France et qui m'horripile. Je ne connais que Adelaide, mais si c'est à Sydney c'est au niveau de mépris et d'incompétence de la France, ça m'inquiète un peu !

Bon par contre, si à Sydney les conducteurs conduisent bien et de manière civilisé, c'est déjà ça. Parce qu'à Adelaide, on se demande qui octroie le permis de conduire. C'est juste la folie ici, les voitures foncent sur les piétons pour les écraser ! Même à Toulouse, les gens conduisent moins dangereusement et avec moins d'agressivité...


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 29 Mai 2014 11:08 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 12 Oct 2013 20:37
Message(s) : 16
Waou, vit-on dans le même monde ??? Rien de tout ça pour nous à Paris ... comme en Australie d'ailleurs. On doit limite harceler notre agent immobilier pour qu'il daigne lever le petit doigt et à 1200$ par semaine la location, ça me rend furieuse. J'ai haussé la voix une fois car j'en avais vraiment marre et je me suis fait remettre à ma place direct. Maintenant on ne les appelle même plus car je ne veux pas m'engueuler avec eux.
Côté shopping, ici ni bonjour ni au revoir entrant/sortant dans les magasins. Personne ne vient vraiment me renseigner et souvent quand je pose des questions, les personnes sont d'une incompétence déroutante, ie ouvre la boîte pour lire la notice et répondre à ma question !
Tout ça pour dire que les expériences de chacun sont tellement différentes que ça explique peut-être en partie la divergence des avis que l'on peut lire sur ce pays.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 30 Mai 2014 20:57 
FranceDownUnder Addict
FranceDownUnder Addict
Hors-ligne
Inscription : 19 Mai 2009 04:11
Message(s) : 105
Localisation : Brisbane
mon expérience de 4 ans à Brisbane est plus proche de celle de Dahu. Il faut dire que nous avons fait le choix de ne pas nous établir à Sydney vu les prix de l'immobilier et le cout de la vie. C'est plus raisonnable ici et nous avons pu investir dans une maison dont nous ne pouvions pas rêver en habitant sur la Cote d'Azur. Cela dit nous n'avons pas la plage en bas de la maison :roll: c'est plutôt très forestier comme décor mais on voit des koalas dans la rue :wink:

Je suis d'accord sur la mode et les achats, je ne trouve vraiment pas grand chose et je trouve le look assez moche.

Coté bestiole, notre maison est fort heureusement équipée de moustiquaires sur toutes les portes et fenêtres. Et heureusement parce que comme toi je ne suis pas fan des bestioles et on croise pas mal de serpents alors je préfère qu'ils restent dehors !


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 31 Mai 2014 17:05 
Mate
Mate
Hors-ligne
Inscription : 28 Oct 2013 23:21
Message(s) : 29
Concernant les agents immobilier, faites attention, ils tiennent un fichier commun contenant les informations sur les locataires. Vous allez être blacklisté si vous ne payez pas le loyer, dégradez le logement ou posez des problèmes de comportement ! Pour relouer ensuite un logement, bon courage... A mon humble avis s'engueuler avec l'agent est à éviter absolument ! Je pense qu'il faut plutôt s'y prendre avec beaucoup de démagogie.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 31 Mai 2014 19:03 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 12 Oct 2013 20:37
Message(s) : 16
Vous avez entièrement raison et c'est pourquoi nous ne les appelons plus quand nous avons un petit souci avec la maison. Nous nous sentons pris en otage car nous ne pouvons rien dire pour exprimer notre mécontentement. Nous payons notre loyer comme il se doit et dès qu'une occasion se présentera nous changerons de maison. Nous sommes prêt à payer la pénalité de 6 semaines de loyer et je suis certaine que nous ne pourrons pas tomber sur de pires agents immobiliers. Cependant pour vous donner une idée du marché ici nous avons visité une seule maison en 4 mois qui nous convenait et hélas nous ne l'avons pas eu.
Quand j'ai haussé la voix je n'étais pas encore au courant de ce fameux fichier et je croise les doigts pour que ça ne nous porte pas préjudice. Mais si c'est le cas, c'est quand même un comble car ils ne faisaient pas leur boulot et c'est ce qui m'a amené à hausser la voix. Je dois vous avouer que ça n'a servi à rien car pour les faire bouger nous les avons finalement appeler pour une énième fois en leur disant que les voisins se plaignaient (ce qui était faux). Le lendemain le problème était réglé !


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 03 Juin 2014 01:14 
Mate
Mate
Hors-ligne
Inscription : 28 Oct 2013 23:21
Message(s) : 29
Je suis désolé que ça se passe mal pour vous :(
Je ne pense pas que ce soit spécifique à l'Australie, c'est peut être un mauvais concours de circonstances. A voir dans l'avenir ! A mon avis, c'est tout simplement qu'on ne connait pas bien le système comme les natifs et que l'on tombe facilement sur les mauvais plans. J'ai plein de connaissances aux USA ou au Canada (tout comme des étrangers venus en France) à qui il arrive la même chose.

Même me concernant, j'ai failli me faire salement arnaquer lors de l'achat de ma voiture. Pourtant j'étais allé au gros garage Ford en pensant qu'on pouvait faire confiance à ce genre de structures. Par chance j'ai pas mal gambergé après la signature, j'ai cherché sur internet et j'ai vu que ce qui me titillait l'esprit était en fait un scam classique ... mais pas illégal. Je me suis rétracté juste avant la période de "cooling off", avant d'être totalement coincé. A quelques heures près, je me retrouvais dans de sales ennuis financiers et judiciaires, 3 semaines après avoir posé le pied en Australie...

Concernant le fichier des agents immobiliers, il me semble que l'on a un droit d'accès au fichier...payant :)


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 13 Juin 2014 21:11 
Fair Dinkum Mate
Fair Dinkum Mate
Hors-ligne
Inscription : 27 DĂ©c 2011 09:23
Message(s) : 83
Localisation : Adelaide depuis le 18 janvier 2013
Dahu a Ă©crit :
Je suis désolé que ça se passe mal pour vous :(
Même me concernant, j'ai failli me faire salement arnaquer lors de l'achat de ma voiture. Pourtant j'étais allé au gros garage Ford en pensant qu'on pouvait faire confiance à ce genre de structures. Par chance j'ai pas mal gambergé après la signature, j'ai cherché sur internet et j'ai vu que ce qui me titillait l'esprit était en fait un scam classique ... mais pas illégal. Je me suis rétracté juste avant la période de "cooling off", avant d'être totalement coincé. A quelques heures près, je me retrouvais dans de sales ennuis financiers et judiciaires, 3 semaines après avoir posé le pied en Australie...


Bonjour Dahu,

je suis curieux sur ce point. Quel est le principe de l'arnaque ?

C'est juste histoire de vérifier que je me suis pas fait coincé en achetant ma Nissan au garage...

Eric


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 15 Juin 2014 13:02 
Mate
Mate
Hors-ligne
Inscription : 28 Oct 2013 23:21
Message(s) : 29
A la base "l'arnaque" est possible si vous n'apportez pas votre propre financement pour acheter la voiture cash. A moins d'avoir transféré des milliers de dollars lors de votre voyage, trouver un prêt une fois arrivé sur place est difficile (pas d'historique, pas de garants, parfois pas d'adresse...).

En gros, le principe est que le garage vous propose un financement et vous fait signer l'acte de vente en précisant "subject to finance". Ce qui signifie que l'acte est annulé si le prêt n'est pas accepté par la banque. On vous fait croire que c'est une sécurité pour réserver la voiture et que vous pouvez revenir en arrière si les conditions du prêt ne sont pas réunies.

Le principe de l'arnaque, c'est qu'on vous fait croire que l'on négocie un prêt à taux avantageux et sur la durée que vous voulez. Vous voulez du 5% sur 2 ans, ok ! On vous dit ensuite qu'il va falloir attendre la réponse de la banque. Ils attendent 2 jours que la cooling-off période passe, puis reviennent en vous disant que le prêt a été accepté mais avec un taux délirant (genre 16%) et sur une période très longue. Vous êtes coincé: l'acte de vente est valide car le financement existe, et la cooling-off period est terminée. Au mieux vous pouvez négocier d'avoir une voiture moins cher, mais dans tous les cas vous êtes lié au vendeur et à ce crédit.

Une autre facette de l'arnaque est que l'on vous fait verser un acompte pour sécuriser la vente. Si vous voulez annuler le contrat pendant les 2 jours de cooling-off, vous perdez votre argent ou êtes à nouveau condamné à acheter une voiture chez eux.

Dans mon cas j'avais refusé de verser un acompte et le financier avait accepté. Quand je suis arrivé 3 heures avant la fin de la cooling-off pour annuler le contrat, le vendeur m'a fait un grand sourire narquois en disant "ok, mais oooohhh, vous voulez récupérer votre acompte?". Et son sourire a tourné à la grimace sidérée quand j'ai dit que je n'avais rien versé comme argent et que j'étais libre. S'en est suivi une engueulade entre le vendeur, le financier et le chef du garage, pour au final essayer de me culpabiliser ("vous vous êtes engagé"..."ben non j'ai rien versé comme argent") et dire de me casser.

Il y a une variante illegale (je crois) de cette arnaque, qui consiste à carrément vous donner les clefs de la voiture tout de suite. Apres les 2 jours de cooling-off ils reviennent vous voir avec ce nouveau prêt très désavantageux, et si vous refusez il faut rendre la voiture. Entre temps le client a certainement revendu son autre voiture et il est coincé.

Enfin bref, ça peut paraître évident d'éviter ce genre d'arnaque, mais quand on connait pas le système et que l'on fait confiance à un gros garage type Ford, on peut vite tomber dedans. Au final, j'ai emprunté à un ami et j'ai acheté cash une bagnole dans un autre garage.

Concernant les voitures, faire aussi très attention aux vendeurs d'occasions à prix très cassé. J'ai lu dans le journal que la police avait arrêté une 20aine de ces vendeurs dans la région d'Adelaide, car les voitures sont en fait totalement défectueuses et ne passe même plus les contrôles techniques.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 17 Juin 2014 13:55 
Avatar de l’utilisateur
Fair Dinkum Mate
Fair Dinkum Mate
Hors-ligne
Inscription : 26 FĂ©v 2004 09:57
Message(s) : 52
Localisation : Sydney (Killarney Heights)
Franchement Mantaray, je ne vais pas être très agréable, mais je pense que votre amie Australienne avait raison en vous disant « toughen up ». Vous semblez être tellement aigrie que vous n’appréciez pas grand-chose et semblez faire preuve de mauvaise foi (ou alors vous êtes la personne la plus malchanceuse qui soit).

Vous dîtes habiter à Seaforth et payer $1200 de loyer par semaine. J’invite les lecteurs qui songent à venir à Sydney et qui s’effraieraient à la lecture de votre message à regarder le type de maison qu’on loue pour ce montant, et la qualité du quartier. Franchement, je ne sais pas où vous viviez en région Parisienne ni la taille de votre maison là-bas, mais vos lamentations à ce niveau sont à la limite de l’indécence. Par ailleurs avec $ 1.3 millions, soit environ 900 000 euros, expliquez-moi ce que vous pouvez trouver à 20 minutes de voiture du centre de Paris, de taille similaire et qualité de quartier équivalent (je ne vous demande pas bien sûr que ce soit également à 20 minutes des plages…) ? Qui espérez-vous faire pleurer ?

Sur la qualité du service, à qui allez-vous faire croire que le service parisien existe ? Ou qu’il est supérieur au service en Australie. La France (et surtout Paris) est réputée pour l’amabilité légendaire de ses serveurs et commerçants. Depuis quand les agents immobiliers sont-ils des perles en France (ou ailleurs). Si personne ne vous dit bonjour quand vous entrez dans les magasins ici, c’est peut-être parce que votre aigreur est telle qu’elle se lit sur votre visage et effraie ceux qui la voit. Sérieusement, tout le monde à Sydney dit "bonjour, au revoir, merci, have a good day", au strict minimum. Que vous y voyiez de l’hypocrisie, c’est votre choix.

Je suis d’accord avec vous sur certains points, et de manière générale sur le fait pour certains de considérer l’Australie comme un paradis. Notamment, je suis tout à fait d’accord sur les baux et le fait qu’ils ne protègent pas assez les locataires, sur le coût exorbitant de la vie (même si je ne paie pas $1200 par semaine de loyer). Peut-être partiez-vous de trop haut pour réellement apprécier ce que l’Australie a à offrir.
Mais beaucoup de vos critiques indiquent surtout une incapacité à, ou manque de volonté de, je ne sais pas, faire ce que sans doute vous attendiez des autres dans une situation similaire à la vôtre quand vous viviez en France : s’adapter.
- Ici on se lève tôt, on se couche tôt. 5h30, c’est normal pour beaucoup. Se faire réveiller à cet heure par les gens qui vont bosser ou faire leur exercice, c’est normal aussi.
- Le kookaburra, c'est comme le coq à la campagne. Si on n’aime pas ca, on ne vit pas à la campagne.
- Il n’y a pas de chauffage dans les maisons, parce qu’on en a besoin que 2 mois par an. Achetez un ou deux radiateurs portatifs, on en trouve de très bien chez Kmart pour $50 (2 sans doute au moins pour votre maison à $1200 par semaine).
- Il pleut trop pour vous à Sydney ?? Vous êtes sérieuse ? Et vous étiez mieux dans la grisaille parisienne. Là désolé je ne sais que vous dire.
- Et si l’eau est trop froide à 22, mettez un petit shorty, vous verrez ca ira mieux.

Un petit conseil quand même concernant l’inscription de votre fille à Killarney Heights. Il faut habiter le quartier pour y être admis. Si vous avez des amis là-bas vous pouvez vous « domicilier » chez eux, mais à moins d’avoir une adresse à Killarney Heights, votre dossier risque fort d’être refusé.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 18 Juin 2014 12:16 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 12 Oct 2013 20:37
Message(s) : 16
Je me doutais qu’en écrivant mes messages je ferais face à de l’animosité. Pourquoi serais-je de mauvaise foi ? Quel en serait mon bénéfice ? Aucun. Aigrie ? Non plus car comme je concluais dans mon premier message, je tenais juste montrer que l’Australie n’est pas cet endroit paradisiaque pour tout le monde. Même si je reconnais qu’il y a des aspects très appréciables de la vie ici et j’en ai cité plusieurs, j’ai choisi de ne pas m’attarder sur ces derniers parce qu’on en parle tout le temps et que ça n’apportait donc rien de nouveau au lecteur.

Si vous voyez comme de l’aigreur ou de l’incapacité d’adaptation de ne pas apprécier d’être réveillée tous les matins à 5:30 du matin ; d’être frileuse ; d’en avoir assez se faire raccrocher au nez très souvent au téléphone tout simplement parce qu’Optus m’a donné le même numéro qu’un certain Nathan et que je ne suis pas Nathan ou lors de prospection téléphonique lorsqu’on me demande si je suis propriétaire de la maison et que je réponds que non ; d’être outrée que l’esthéticienne ne décroche que 2 mots sur un ton super sec pendant la séance d’épilation : « l’autre jambe » et 1 phrase au moment de payer : « c’est 1$ de plus si vous payez par CB » ; d’être étonnée que dans les magasins plus d’une fois sur 2 ni bonjour ni ou revoir sauf au moment du passage en caisse ; de trouver déroutant que le prix d’une consultation chez le médecin soit liée au temps passé … c’est votre droit. Je n’oserais jamais suggérer à une personne que je ne connais pas, que je n’ai jamais rencontré, que son aigreur est telle qu’elle se lit sur son visage et effraie ceux qui la voit comme chapichapo vient de le faire à mon égard. Je vous répondrais juste que je ne suis pas une personne désagréable et que je ne m’attendais pas à vivre ces expériences en emménageant ici. Je préfère penser comme Dahu l’a écrit c’est un mauvais concours de circonstances et que les choses vont s'arranger.

D'ailleurs ces dernières semaines, j’avoue que je me suis réconciliée avec le temps. Autant en mars et avril j’ai eu l’impression qu’il n’en finissait pas de pleuvoir, autant ces 2 derniers mois j’ai vraiment apprécié les journées ensoleillées. L'hiver n'est pas aussi difficile que je le craignais et on s'en sort plutôt bien avec les radiateurs portatifs.

Côté immobilier cependant, depuis maintenant 6 mois je consulte tous les jours le site immobilier realestate.com.au à la recherche d’une maison agréable à Seaforth ou ses environs proches, je réitère qu’avec un budget de 1200$ max. par semaine, je n’arrive pas à trouver une maison 3 chambres avec garage ou abri pour une moto et un jardin exposé nord (= sud en France) ou ouest, hors d’un axe routier trop fréquenté, qui soit agréable à vivre selon mes standards : pièce de vie spacieuse et lumineuse, cuisine ouverte, pas de moquette, salle de bain moderne avec baignoire, jardin avec pelouse et sans trop de buissons trop proches de la maison à cause de ma peur des araignées. Je pense que ça n’a rien d’exceptionnel … et pourtant ! Et je conseille au lecteur qui songe venir à Sydney qu’il apprenne à décoder les annonces immobilières et les photos avant de s’engager sur un bien ici. (Tout comme c’est le cas pour le marché parisien d’ailleurs :) ). Pour répondre à chapichapo, nous vivions à Suresnes dans une maison de ville de 130m2 refaite à neuf à l’intérieur avec jardin. Alors bien-sûr je suis réaliste et consciente que les standards sont quelques peu différents ici. Je ne demande pas à avoir un parquet en chêne massif ou du double vitrage !! De la même façon qu’il nous manque environ 150 à 200$ hebdo pour la location, il nous manque environ 200K$ pour emménager dans une maison dans laquelle je peux me projeter aisément.


  Profil  
 
  Re: Retour d'expĂ©rience après les premiers mois Ă  Sydney
Message PubliĂ© : 23 Juin 2014 10:23 
Avatar de l’utilisateur
Fair Dinkum Mate
Fair Dinkum Mate
Hors-ligne
Inscription : 26 FĂ©v 2004 09:57
Message(s) : 52
Localisation : Sydney (Killarney Heights)
Mantaray,

Je vais essayer de vous expliquer pourquoi votre message a suscité une telle réaction de ma part. Entre parenthèses, l’aigreur sur le visage était une boutade, mais je ne m’en excuserai pas et peu importe. Je m’amuse cependant que vous écriviez que « vous n’oseriez jamais suggérer à une personne que vous ne connaissez pas que son aigreur se lit sur son visage », car vous n’avez aucun problème à écrire du pays qui vous nourrit actuellement que c’est un, je cite « pays à la c** », ou de penser dire à une Australienne qui vous conseille de vous endurcir un peu, d’aller « se faire f***** », ou encore de comparer son pays aux pays développés, sous entendu l’Australie n’en serait pas un. Je pense que vous pouvez méditer sur la violence de vos propos avant de vous offusquer des réactions qu’ils peuvent susciter auprès de ceux qui ne partagent pas votre avis, et qui trouvent vos arguments pour justifier que l’Australie n’est pas un paradis pour tout le monde, pour les uns ridicules et insignifiants, et pour les autres tout simplement difficiles à croire tant ils sont à l’opposé de ce que la grande majorité des gens vivent ici, quand ils ne sont pas tout simplement faux.
Commençons par les arguments ridicules (ce n’est bien sûr que mon avis) :
- Vous vous plaignez du niveau de votre loyer ($1200 par semaine) que vous comparez à votre maison de 130m2 à Suresnes. Je ne suis pas expert du marché de Suresnes, mais j’imagine qu’en moyenne on peut compter 25 euros le m2, soit 3250 euros de loyer mensuel, donc environ $1100 par semaine. Vous dîtes que votre mari a été augmenté de 20%, donc le loyer n’a pas réduit votre niveau de vie. Par ailleurs, vous avez choisi l’un des quartiers les plus chers de Sydney, et en regardant quelques minutes alentours vous pouvez trouver beaucoup moins cher. Nous payons $750 par semaine pour une maison avec 3 chambres à Killarney Heights (avec cuisine ouverte, baignoire, jardin et sans moquette). Et personne ne vous réveillera ici à 5h30, pas même les Kookaburas qui ne chantent que vers 6h00. Dans tous les cas, encore une fois venir se plaindre de son niveau de vie quand on peut se permettre de payer $1200 par semaine de loyer, excusez-moi mais je répète que je trouve ça indécent. C’est sûr que l’Australie n’est pas le même paradis pour ceux qui dans leur pays habitent une maison de 130m2 en proche banlieue parisienne.

- « A 22 degrés Celsius l’été, l’eau du pacifique est trop froide pour moi pour s’y baigner ». Sans commentaire.

- Vous êtes « outrée que l’esthéticienne ne décroche que 2 mots sur un ton super sec pendant la séance d’épilation ». C’est franchement risible. De mon côté je trouve que les coiffeurs en France jacassent trop, mais il ne me viendrait pas à l’idée d’utiliser un tel argument pour définir ma qualité de vie. Changez d’esthéticienne…

Passons à présent aux arguments pour le moins étonnants :
- « J’avais lu sur le net que Sydney pouvait s’enorgueillir de 300 jours de soleil par an. Foutaise ! ». Vous reconnaissez quand même que la météo est plus clémente que celle du nord de la France, mais vous semblez sous entendre « à peine », ce qui est à mourir de rire quand on sait que vous viviez en région Parisienne. Pour une parisienne, râler sur la météo à Sydney c’est un peu comme si un Australien de Sydney se plaignait de la qualité des transports en commun à Paris (et encore il y a surement plus à redire sur les transports parisiens que sur le temps à Sydney). La météo à Sydney est similaire à celle de la côte d’azur. Et encore, il fait moins froid à Sydney en hiver qu’à Nice, et il y fait plus chaud en été, avec un nombre de jours d’ensoleillement similaires. Mais l’eau y est moins chaude, c’est vrai. Ceci n’est pas une « foutaise » mais un fait.

- Vous ne saviez pas qu’il y avait des bestioles en Australie ? C’est pourtant tout sauf un secret, et ma femme vous dirait que tout ce qu’elle a vu de l’Australie à la télévision française en 6 ans passés en France, c’était le nombre de bestioles horribles qui peuvent vous tuer partout. Je pense qu’elle aussi exagérait un poil.

- On ne vous dit pas bonjour dans les magasins. Les Australiens sont pourtant connus pour leur amabilité et c’est la première fois que j’entends ça. Le fait que vous vous en plaigniez implique que c’est quelque chose à laquelle vous n’êtes pas habituée, ce qui est très étonnant pour une parisienne.

Pour conclure, bien sûr l’Australie n’est pas un paradis pour tout le monde, et vous avez tout à fait le droit de ne pas vous y plaire, ou de préférer la France ou un autre pays. Mais vous semblez bien loin des réalités de ceux qui veulent voir dans l’Australie une sorte d’El Dorado. Vous aviez une vie certainement très confortable à Paris, puisque vous dîtes que vous y dépensiez sans compter. Tant mieux pour vous, mais je ne pense pas que vous soyez de ce fait très représentative de la population qui cherche à s’expatrier en Australie ou du moins qui y voit une porte de sortie vers un monde meilleur. Beaucoup de personnes sans qualifications sont prêtes à venir avec un visa temporaire et aller cueillir des fruits dans l’espoir d’obtenir ensuite un visa et un travail permanents, et certains y parviennent assez rapidement. Les jeunes peuvent espérer trouver un travail et des responsabilités qui valorisent leur diplôme ou leur expérience, et quand ils sont encore au bureau à 17h30, ils sont parmi les derniers et on leur dit de rentrer chez eux. Vous pensez bien que pour eux, la température de l’eau, le silence de l’esthéticienne ou la moquette dans la maison à $1200 la semaine sont des considérations bien secondaires.
Enfin, je vais reprendre les arguments positifs que vous avez reconnus vous-même sans pourtant vous y attarder alors que pour moi ils figurent en haut dans la hiérarchie de ce qui définit ma qualité de vie : un environnement exceptionnel pour mes enfants, peu d’insécurité, peu de stress, des journées de travail qui se terminent à 17 heures, entre autres.

Croyez-moi, j’ai beaucoup à redire sur l’Australie, et pour moi non plus l’Australie n’est pas LE paradis. Mes premiers mois, comme pour beaucoup je pense, ont été très difficiles. Ma femme (australienne) trouve certainement que je me plains trop moi aussi. J’espère pour vous que vos difficultés sont passagères, et votre ressenti surtout dû aux embûches de cette période d’adaptation. Mais souvenez-vous quand même que vous êtes extrêmement privilégiée, et essayez de faire preuve d’un peu de discernement dans ce que vous choisissez de critiquer, en pensant à ceux pour qui ce dont vous vous plaignez est dérisoire au regard de ce dont vous bénéficiez, que votre négativité semble vous empêcher d’apprécier pleinement.


  Profil  
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis :  Trier par  
RĂ©pondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 4 invité(s)


Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  

Dernières discussions sur les forums FranceDownUnder.com:




Forums powered by phpBB
©2002-2014 FranceDownUnder.com