RĂ©pondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Auteur Message
  Election prĂ©sidentielle 2007, Première bataille de chiffres
Message PubliĂ© : 13 FĂ©v 2007 03:48 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Boursier a Ă©crit :
Election Présidentielle 2007
Première bataille de chiffres entre le PS et l'UMP


PARIS (Reuters) - La campagne présidentielle prend un tour plus offensif au lendemain de la présentation du programme de la candidate socialiste Ségolène Royal, qui déclenche une bataille de chiffres avec la droite.

Après les ratés et les flottements du mois de janvier, les socialistes veulent croire en "une phase nouvelle" à même de relancer la campagne de leur candidate, qui a désormais en main un "pacte présidentiel" décliné en cent mesures, dont la hausse du smic à 1.500 euros, la revalorisation de 5% des petites retraites ou la gratuité des soins pour les moins de 16 ans.

Dominique de Villepin lui-même a fustigé lundi "un retour à la dépense publique inconsidérée", "un retour à l'absence de responsabilité".

"Faut-il en rajouter, faut-il aller plus loin, faut-il revenir aux errements du passé? Je crois que nous avons tous payé très cher, collectivement, l'irresponsabilité dans ce domaine", a dit le Premier ministre, rappelant que le service de la dette représentait 100 millions d'euros par jour.

Nicolas Sarkozy, en déplacement en Allemagne, a refusé de commenter les propositions de Ségolène Royal - "je ne suis pas quelqu'un qui critique les autres" - et a préféré développer son thème de "l'ouverture" : "je veux être le président de l'union nationale".

"Nous n'avons pas de comptes à rendre à la droite, ni de leçons à recevoir de ces gens-là", a répliqué le porte-parole du PS, Julien Dray.

Il a déclaré que le financement du programme de Ségolène Royal serait précisé dans "les semaines qui viennent", assurant qu'il n'impliquerait pas d'"augmentation des prélèvements obligatoires".

Eric Besson, secrétaire national du PS chargé de l'économie, a indiqué que la marge de manoeuvre du projet socialiste se situait "autour de 35 milliards de dépenses nettes".

Le député européen UDF Jean-Marie Cavada a estimé sur France 2 que le programme de Ségolène Royal entraînerait entre 80 milliards et 100 milliards d'euros de déficit.

SONDAGES DEFAVORABLES POUR ROYAL

Jean-Pierre Chevènement, rallié à Ségolène Royal, a dénoncé en Nicolas Sarkozy un "Margaret Thatcher en complet-veston qui nous prépare un choc libéral avec la suppression de l'impôt sur les grandes fortunes, de l'impôt sur les successions".

"Nicolas Sarkozy, en plus, prétend réduire de quatre points, c'est-à-dire de 70 milliards d'euros le niveau des prélèvements obligatoires", a déclaré sur Europe 1 le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), fustigeant des "promesses absolument intenables".

La gauche antilibérale exprime pour sa part sa déception au lendemain du grand oral de Ségolène Royal à Villepinte.

"Je n'ai pas trouvé de mesure de nature à changer le problème de la classe ouvrière aujourd'hui", a jugé sur France Inter Arlette Laguiller, candidate de Lutte ouvrière.

Olivier Besancenot, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), relève quant à lui "un saupoudrage de mesures".

Ségolène Royal "essaie de relancer sa campagne avec de petites notes de gauche, mais dans une musique qui reste celle de l'accompagnement social du libéralisme". "Ce n'est pas avec cette gauche-là que l'on peut combattre efficacement la droite de Sarkozy", dit-il dans un communiqué.

Deux sondages réalisés avant le discours de Ségolène Royal donnent Nicolas Sarkozy vainqueur dans l'hypothèse d'un duel au second tour avec la candidate socialiste.

Selon un sondage LH2 pour RMC, BFM TV et 20 Minutes, effectué les 9 et 10 février, le candidat de l'UMP l'emporterait avec 53% contre 47% à sa rivale. Un sondage TNS/Sofres pour Le Figaro Magazine et France 5 réalisé les 7 et 8 février crédite le ministre de l'Intérieur de 54% des voix, la candidate socialiste de 46%.

Le candidat de l'UDF François Bayrou reste en troisième position avec 13% dans la première enquête et 14% dans la seconde.

http://www.boursier.com

Yahoo a Ă©crit :
Des sondages déjà remis en cause par la Presse régionale et locale

Selon les derniers sondages officieux du Journal du dimanche, du Courrier de l'Ouest et de RTL, les résultats possibles au 1er tour de la Présidentielle semblent se dessiner d'une façon très différente quand on le compare au sondage LH2 de lundi.

En effet, Nicolas Sarkozy arriverait pour l'instant en tête avec 20,2% à 21,3% des intentions de vote, mais Jean-Marie Le Pen, François Bayrou et Ségolène Royal obtiendrait des intentions de vote comprises entre 18,4% et 20,3%.

Les analystes des grands instituts -hors LH2- s'interrogent donc pour savoir comment le sondage LH2 a pu conclure aussi vite qu'il y aurait automatiquement un second Tour Présidentiel Sarkozy / Royal alors même que François Bayrou et Jean-Marie Le Pen remontent très fort dans les intentions de vote sur des échantillons d'électeurs probablement beaucoup plus larges par régions et en province profonde.

La forte percée de François Bayrou en Languedoc-Rousillon et dans le Centre-Ouest est désormais très nette, et celle de Jean-Marie Le Pen dans la région PACA continue sa progression.

De plus, le sondage LH2 ne tient pas compte du nombre important de candidats qui seront éliminés faute de signatures d'investitures suffisantes à présenter devant le Conseil Constitutionnel.

Source : http://www.yahoo.fr


  Profil  
 
  Alain Duhamel virĂ© de France TV pour son soutien Ă  Bayrou
Message PubliĂ© : 16 FĂ©v 2007 18:20 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Yahoo a Ă©crit :
Alain Duhamel viré de France TV pour son soutien à Bayrou !

La suspension d'Alain Duhamel : RĂ©actions !

Suite à la suspension d'Alain Duhamel de toute activité sur France Télévision en raison de son soutien public à François Bayrou, les réactions n'ont pas tarder. Pour rappel la décision de la chaîne France Télévision fait suite à la diffusion sur internet d'une vidéo dans laquelle le chroniqueur politique Alain Duhamel affiche publiquement son soutien à François Bayrou pour l'élection présidentielle et ne soutient ni Sarkozy ni Royal.

L'intéressé lui même dit regretter ce matin sur RTL : "Sur le fond, je n'aurais pas dû dire cela devant mes étudiants. Dans ma tête, c'était à propos de l'Europe surtout"..."Je suis choqué que mes propos privés se retrouvent en public", assurant qu'il ignorait être filmé.

Il a également dénoncé "l'effet des Blogs politisés d'Internet", qui est "à la fois émancipateur" et "totalitaire", parce qu'il y a "un effet de choc gigantesque et que cela n'avantage que les deux grands partis politiques".

Alain Duhamel a également affirmé qu'il comprenait tout à fait la réaction de France Télévision d'autant que son frère est le numéro 2 du groupe. Par contre Il n'a pas hésité a dénoncé la position de la Société des rédacteurs de France 2 qu'il a qualifiée de "minable". Alain Duhamel en a profité pour suspendre son activité éditorialiste sur RTL en regrettant que l'on ait plus de droit d'afficher son soutien à François Bayrou où que ce soit.

Autres réactions celle de François Hollande qui a dit "regretté la décision de France Télévision" dénonçant une "hypocrisie" et l'application de "règles sommaires". D'autres éléphants du Parti Socialiste se sont tus, souhaitant toujours un affrontement dur entre Sarkozy et Royal.

Le journaliste Jean-François Kahn, directeur de Mariane, a, de son côté, condamné cette suspension en s'exclamant "Libérez Duhamel"!

Enfin Marielle de Sarnez, directrice de campagne de François Bayrou, a jugé "extrêmement choquante" la suspension d'Alain Duhamel par France Télévisions, estimant qu'en France, on peut soutenir Sarkozy, Royal et Le Pen, mais pas" le candidat n°1 de l'UDF.

http://www.yahoo.fr

Le Monde a Ă©crit :
José Bové constitue une équipe de campagne éclectique

L'équipe est enfin constituée. Après un début de campagne de "joyeux bordel" comme le reconnaissait son entourage, José Bové présentait, mercredi 14 février au café associatif La Passerelle à Paris, sa panoplie de collaborateurs. Verts, communistes, trotskistes en rupture d'organisation, alternatifs et libertaires, syndicalistes, militants associatifs ou "électrons libres" comme ces inorganisés se définissent eux-mêmes : l'alliage est surprenant, mais pas pour déplaire au candidat qui veut "puiser dans cette diversité" sans dépendre de personne.

Jacques Perreux, conseiller général du Val-de-Marne, est chargé de piloter l'attelage. Ce communiste atypique a été un des premiers refondateurs à appeler à se rallier au syndicaliste paysan. Les deux hommes se sont connus sur le plateau du Larzac à l'été 2001 après le premier séjour en prison de José Bové.

Avec Patrick Braouezec, député (PCF) de Seine-Saint-Denis, et Fernanda Marrucchelli, membre de la direction nationale du PCF, deux des porte-parole de la campagne, il est censé attirer les communistes refusant de faire la campagne de Marie-George Buffet. Jacques Perreux sera surtout "celui qui met de l'huile et permet à tous de travailler ensemble", s'amuse-t-il.

La campagne, toujours "collective", est en effet dotée d'une pléthore de porte-parole : une liste paritaire de dix-huit personnes dont cinq qui habitent en province, cinq issus des banlieues et une majorité venus des mouvements sociaux.

Les plus en vue - Patrick Braouezec, Francine Bavay, vice-présidente (Verts) de la région Ile-de-France, Claire Villiers, conseillère régionale (Alternative citoyenne) d'Ile-de-France, Yves Salesse (Fondation Copernic), et François Dufour, ex-porte-parole de la Confédération paysanne - seront amenés à remplacer le candidat sur les plateaux télévisés et émissions de radio.

"ALTERORGANISÉS..."

D'autres comme les militants associatifs Nordine Iznasni et Omeyya Seddik, anciens du Mouvement immigration banlieues (MIB) ou Eros Sana des Zones d'écologie populaire, porteront la dimension des quartiers populaires et des discriminations. Enfin, les inorganisés, ou plutôt "alterorganisés", seront représentés par l'écolo-libertaire Yannis Youlountas, responsable du site Web Unis avec Bové.

Deux autres sites sont dédiés à la campagne Bové. L'un "officiel", recensant meetings et discours du candidat, géré par le militant altermondialiste Christophe Aguiton. L'autre, par des jeunes militants issus de collectifs comme Vamos, les Clowns ou Attac campus. Ce dernier se charge de la campagne sur le Net, en multipliant blogs, fiches argumentaires et slogans à l'image de la campagne contre la Constitution européenne.

La collecte des parrainages a été confiée à Clément Aumeunier, collaborateur du maire de Limeil-Brévanes (Val-de-Marne) qui affiche 230 promesses récoltées. La communication sera assurée par Bernard Loche, un des animateurs de Convergence citoyenne, et l'organisation des meetings par Gilles Lemaire, ex-secrétaire national des Verts.

"On a maintenant une équipe plus opérationnelle et présentable", se félicite M. Aguiton. José Bové devrait la présenter, en expliquant de nouveau que son but est d'"aider la gauche à gagner".

par Sylvia Zappi, Le Monde

Source : http://www.le monde.fr


  Profil  
 
  Bayrou et Royal au coude Ă  coude
Message PubliĂ© : 11 Mars 2007 16:38 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Libération a écrit :
Bayrou et Royal au coude Ă  coude

Le candidat centriste François Bayrou est pour la première fois à égalité avec la candidate socialiste selon un sondage Ifop-Fiducial pour Le Journal du Dimanche. Ils sont tous deux crédités de 23% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle.

Par Reuters
LIBERATION.FR : samedi 10 mars 2007

François Bayrou est pour la première fois à égalité avec Ségolène Royal en terme d'intentions de vote au premier tour de la présidentielle avec 23%, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Le Journal du Dimanche. Nicolas Sarkozy, candidat de l'UMP, devance de cinq points (28%) la candidate socialiste et le président de l'UDF, dans ce sondage réalisé les 8 et 9 mars.

Le dirigeant centriste, dont la progression est constante dans les enquêtes d'opinion depuis plusieurs semaines, gagne quatre points par rapport à un précédent sondage Ifop, pour Paris Match, en date du 26 février.

Ségolène Royal est, pour sa part, en recul de 2,5 points et Nicolas Sarkozy perd un point. Derrière ce trio de tête, Jean-Marie Le Pen est crédité de 13% d'intentions de vote (+1).

Parmi les "petits" candidats, Oliver Besancenot recueille 3,5% (-0,5 point), Marie-George Buffet et Arlette Laguiller 2%.

En cas d'absence de Jean-Marie Le Pen au premier tour, hypothèse envisagée si le président du Front national n'obtenait pas les 500 parrainages d'élus requis pour briguer l'Elysée, Nicolas Sarkozy semble le candidat qui en bénéficierait le plus.

Il obtiendrait 34,5% d'intentions de vote devant, cette fois, François Bayrou (25%) et Ségolène Royal (24%).

Philippe de Villiers, candidat souverainiste du Mouvement pour la France, pointe dans ce cas-lĂ  Ă  3,5%, contre 1% si Jean-Marie Le Pen Ă©tait candidat.

Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 881 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, inscrite sur les listes électorales, extrait d'un échantillon national de 959 personnes.

Source : http://www.liberation.fr


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 12 Mars 2007 09:41 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 13 Jan 2005 11:25
Message(s) : 682
Localisation : San Francisco J-2
Merci Marc pour toutes ces infos!

Surtout, ça me fait plaisir de ne pas être en France en ce moment... Tout est tellement politisé dans ce pays.. quelle horreur!


  Profil  
 
  CQFD
Message PubliĂ© : 13 Mars 2007 03:42 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
En période d'élection présidentielle, il est normal que les débats soient politisés. Non ? :wink:

L'Express a Ă©crit :
lundi 12 mars 2007, mis Ă  jour Ă  18:55
François Bayrou solidement ancré à sa place de troisième homme

Reuters

François Bayrou a-t-il changé ? Propulsé en quelques semaines par les sondages de la place d'outsider à celle de présidentiable sérieux, le candidat de l'UDF ne montre pour l'instant aucun signe d'essoufflement, constatent des analystes.

"Manifestement, il a plus d'assurance", remarque Paul Bacot, professeur Ă  l'Institut des Ă©tudes politiques de Lyon.

"Au début, c'était la méthode Coué, il assurait qu'il allait gagner alors que personne n'y croyait (...) Cela dit, son discours ne change pas vraiment et son programme non plus", ajoute le spécialiste du langage politique.

Même constat chez Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion publique de l'Ifop. "Depuis le début de la campagne, il a gagné en conviction, il se pose comme la force tranquille, quelqu'un qui ne souhaite pas qu'on lui marche sur les pieds, un candidat ferme et réfléchi qui ne déviera pas de sa route", constate le politologue.

Parti de moins de 10% fin 2006 dans les sondages, François Bayrou a franchi la semaine dernière la barre des 20%, recueillant jusqu'à 24% d'intentions de vote pour le premier tour; il talonne désormais ses rivaux socialiste Ségolène Royal et UMP Nicolas Sarkozy.

Aux yeux de Jérôme Fourquet, ce n'est pas François Bayrou qui a changé ces temps-ci, mais le discours de ses adversaires.

"Après avoir feint l'ignorance, ils ont essayé différentes stratégies, différentes postures sans avoir pour l'instant réussi à endiguer le phénomène", dit-il. "Etre ainsi pris sous les feux croisés a amené de l'eau à son moulin".

Dernières répliques en date : le refus du socialiste Dominique Strauss-Khan d'entrer, le cas échéant, dans l'équipe gouvernante du candidat centriste et le ralliement de Simone Veil, grande figure de l'UDF, à Nicolas Sarkozy.

STABILISATION DE L'ÉLECTORAT

Pour Paul Bacot, la montée de François Bayrou peut s'expliquer de deux façons : soit il plaît, soit "il bénéficie des faiblesses et des difficultés des autres".

Le politologue s'étonne en effet de voir Ségolène Royal stagner autour de 25% dans les sondages "alors qu'il n'y a ni candidat dissident, ni candidat radical de gauche, que les écologistes et le Parti communiste touchent le fond".

A droite, "la personnalité particulière de Nicolas Sarkozy peut susciter des rejets et des réticences", ajoute-t-il. "Donc il y a un espace".

C'est désormais en chef d'Etat potentiel que François Bayrou poursuit ses déplacements quasi quotidiens en province, suivi par un nombre croissant de journalistes. Lui qui estimait il y a peu être victime d'une inégalité de traitement par rapport aux "candidats du système" est devenu la coqueluche des médias, y compris étrangers.

Pas de danger de surdose, estime toutefois Paul Bacot, dans la mesure où le député béarnais "aborde la phase finale sans qu'on l'ait entendu trop tôt". "C'est lui qui s'est imposé donc c'est pas trop gênant".

Dans son livre "Projet d'espoir", paru la semaine dernière, François Bayrou s'imagine en président à la fois solennel, simple, impartial, doté d'une "vision de la France".

"Il soigne son image d'homme d'Etat et en même temps, il s'est abstenu de s'adonner à certains 'trucs' de candidats. Par exemple il ne s'est pas cru obligé d'aller à l'étranger se faire photographier avec des chefs d'Etat", remarque Paul Bacot.

Le phénomène va-t-il durer ? "On n'arrête pas les vagues", assure l'intéressé. L'Ifop constate pour sa part une stabilisation des électeurs potentiels.

"Sa progression constante et continue s'est même accélérée ces dernières semaines alors que ses adversaires ont cessé de l'épargner, ont pris acte de sa dangerosité", remarque Jérôme Fourquet.

"Il progresse en volume et en solidité dans son électorat, qui demeure néanmoins le plus instable. Désormais, 45% à 50% sont sûrs de leur choix, contre 35 à 38% il y a une dizaine de jours".

Source : http://www.lexpress.fr


  Profil  
 
  Les 12 ApĂ´tres...
Message PubliĂ© : 21 Mars 2007 04:55 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Voici la liste officielle des 12 candidats retenus hier soir par le Conseil Constitutionnel Français pour l'Election Présidentielle 2007 :

1. Dominique Voynet, Les Verts
2. GĂ©rard Schivardi, PT
3. François Bayrou, UDF et Centre
4. Ségolène Royal, PS
5. Marie-George Buffet, PC
6. Olivier Besancenot, LCR
7. Nicolas Sarkozy, UMP
8. José Bové, Altermondialisme
9. Philippe de Villiers, MPF
10. Jean-Marie Le Pen, Front National
11. Arlette Laguiller, Lutte Ouvrière
12. Frédéric Nihous, CPNT - Chasse, Pêche, Nature et Tradition

A noter : 1er tour de scrutin, le 22 Avril 2007.

A noter : il y a 4 femmes et 8 hommes parmi les candidats.

A noter : Chacun de ces 12 candidats se verra remboursé par l'Etat 800.000 Euros de frais de campagne.

A vos commentaires, Messieurs Dames... :wink:


  Profil  
 
  Erections pestilentielles?
Message PubliĂ© : 22 Mars 2007 14:59 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 20 Jan 2004 03:19
Message(s) : 369
Localisation : Region Paris souvent/sydney 1 ou 2 fois par an
salut Ă  toi marcelie...
Magnifique liste en effet... On nos promet du changement pourtant...

Domnique Voynet, a déjà été ministre, n' a pas fait grand chose pour sa cause, l'écologie, ne jugeant pas nécéssaire alors qu'elle était ministre de l'environnement d'interrompre ses vacances à la Réunion lors du naufrage de l'Erica, qualifiant l'évènement de mineur...

Shivardi... Connait pas représente le parti des travailleurs... connais pas non plus.

Bayrou.. lui aussi ministre, et plusieurs fois, qu'a-t-il fait lors de ses postes aux ministères pour que ca change???
Ne veut être de ni de droite, ni de gauche. Donc au deuxième tour (si il y arrive) contre sarko il sera de gauche... et contre Ségo, hé bien, il sera de droite... ha ha ha...

Ségolène Royal... elle aussi, plusieurs fois ministre... résultats particuliers? non, un soupcon de magouille pour diminuer son patrimoine en vue de diminuer son ISF (vite étouffé); Candidate socialiste, vit maritalement et a plusieurs enfants avec le premier secrétaire du parti socialiste François Hollande... Magouille ?

Marie georges Buffet... communiste, comment peut on être encore communiste quand on constate la faillite économique et sociale de tous les pays qui ont subi ce type de régime?

Ollvier Besancenot, Communiste révolutionnaire... Vaste programme, facteur de profession... qualification pour diriger la France?

Nicolas Sarkozy, Ministre, re ministre, re- re ministre et j'en oublie... A été contre Chirac avec Balladur en 95, puis avec Chirac, puis contre, puis pour et maintenant c'est Chirac lui même qui déclare être pour Sarkozy... La veste a été tellement retournée qu'elle doit être usée également des deux cotés...

José Bové : Paysan sympa, le Larzac, la bergerie, les chèvres... mais il ne faut pas oublier : Ex taulard, et futur taulard (une peine de prison ferme est à éxécuter... La fera-t-il?
C'est bizzare, il faut avoir un casier judiciaire vierge pour un tas de métier (de flic à moniteur d'auto-école) mais pas pour être président de la république! les compétences pour diriger la France ne sont peut être pas le mêmes que pour diriger une bergerie

Philippe de Villiers, Grand organisateur de specatcle (Le Puy du Fou), sinon ne représente pas grand chose sinon une France surranée, plus ou moins royaliste, anti europe etc... Qualification pour diriger la France?

Jean Marie Le Pen... l'homme est très outranciers potentiellement dangereux peut être, pourtant certaines de ses opinions notamment sur l'immigration qui faisaient scandale il y a 20 ans, sont maintenant reprises par beaucoup d'autres hommes politiques politiquement corrects de droite comme de gauche. Détail il a près de 80 ans, quand on sait qu'en France on est mis à la retraite ou en pré retraite vers 55-65 ans au plus tard, briguer la présidence de la république à 80 balais...

Arlette laguiller : 5° ou 6° candidature depuis 1974, n'a jamais dépassé les 5% plus ou moins, ex-employée de banque à la retraite, vous la voyez en présidente?

Frédéric Nihous... Connait pas, jamais entendu parlé auparavent; Parti Chasse, pêche, nature, tradition... Houlala quel programme politique au 21° siècle, On va revenir bientôt à l'age de la pierre!

Alors devant ce merveilleux pannel, je serais tenté par le vote blanc, mais comme je serais en vacances en OZ à cette période, je ne voterais pas, et je ne pense pas que j'aurais manqué quelque chose !!!


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 23 Mars 2007 03:12 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Addict
FranceDownUnder Addict
Hors-ligne
Inscription : 10 Oct 2003 05:37
Message(s) : 172
Localisation : Toulouse but ASAP down under again
marcelie2002 a Ă©crit :
A noter : Chacun de ces 12 candidats se verra remboursé par l'Etat 800.000 Euros de frais de campagne.



Es tu sûre de cela ?
Remboursé s'il arrivent aux 5% de voix, je crois.
En dessous, l'Ă©rection est brutalement interrompue.... :lol:
Une avance d'argent toutefois...


  Profil  
 
  Non JP...
Message PubliĂ© : 23 Mars 2007 05:29 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Salut JP,

Non, tu fais erreur. Ce que j'ai Ă©crit est exact.

Depuis cette année, tous les candidats sélectionnés pour le 1er tour de l'Election Présidentielle obtiendront jusqu'à 800 000 €uros de frais de campagne sur justificatifs s’ils obtiennent 5 % ou moins des suffrages.

Ceux qui dépasseront les 5 % des suffrages au premier tour recevront de l’État jusqu'à 8 millions d’€uros de remboursement de frais de campagne sur justificatifs.

Quant aux deux finalistes au Second Tour de l'Election Présidentielle, ils se verront de plus défrayés à hauteur de 10,75 % de tous leurs frais de campagne au second tour, soit environ 11 millions d’€uros de remboursement de frais de campagne sur justificatifs en tout (et soit 50 % maximum du plafond de toutes leurs dépenses de campagne engagées - ce plafond étant fixé par la loi à 22 millions d’€uros par candidat en 2007).

Un vrai pactole !


  Profil  
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis :  Trier par  
RĂ©pondre au sujet  [ 9 message(s) ] 


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  

Dernières discussions sur les forums FranceDownUnder.com:




Forums powered by phpBB
©2002-2014 FranceDownUnder.com