RĂ©pondre au sujet  [ 63 message(s) ]  Aller vers la page PrĂ©cĂ©dent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Auteur Message
 
Message PubliĂ© : 17 Oct 2006 19:26 
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 23 Juil 2004 21:42
Message(s) : 889
Si, si, c'est bien ça : 115,000 litres par an et par personne selon l'Australian Bureau of Statistics. La consommation par ménage est de 280,000 litres par an :

"...On average each Australian consumed a total of 115 kilolitres (kL). While Australian households consumed an average of 280 kL. The majority of household water was used for outdoor purposes (44%), such as water for gardens and swimming pools..."

Attention ! C'est la consommation totale : vaisselle, lavage de voiture, douche, bain, jacuzzi, piscine, pastis...

Les chiffres concernant la quantité d'eau nécessaire à la production d'un kilo de laine, un kilo de viande....inclus l'eau nécessaire à la production des aliments, l'élevage proprement dit, la transformation des produits, etc...

C'est simple, l'agriculture consomme 70% de l'eau du pays. Les ménages australiens eux en consomment à peine 10%. Alors si l'on veut faire des économies d'eau vraiment conséquentes, sincères, où doit on imposer les changements et les restrictions ?

Quand en plus on sait que l'essentiel de la production agricole est exportée ! Ce qui veut dire que l'eau, denrée "si rare" en Australie, sert à produire de la viande, des céréales, de la laine ou du coton qui seront consommés en Chine, au Japon,en Corée, en Europe ou aux USA...

Sisko


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 17 Oct 2006 21:42 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 26 Nov 2004 05:07
Message(s) : 410
Localisation : annecy
Sécheresse. Piscines vidées, douches réduites... Face à la pénurie d'eau, les villes improvisent. Article interessant.


L'Australie au goutte-Ă -goutte
Par Florence DECAMP
QUOTIDIEN : Lundi 11 septembre 2006 - 06:00
Goulburn (Australie) envoyée spéciale

«En raison de la crise, les boissons peuvent être servies dans des gobelets en plastique. La direction et le personnel vous remercient de vos efforts pour économiser l'eau.» John et Jim ont lu le panneau, levé leur bière pression et fait c** sec. Ils sont des habitués de ce bar de Goulburn où le patron a décidé de renoncer aux «vrais» verres pour ne plus avoir à les laver. John et Jim, qui ne sont pas de la première jeunesse, ont pourtant accepté sans rechigner cette grave entorse à la tradition, parce qu'ils ont compris que, cette fois, leur ville est exsangue.
Goulburn et ses 22 000 habitants sont installés sur une terre à moutons, ces derniers ayant fait l'histoire et la gloire de cette ville du bush, une des plus anciennes du pays, à une heure de voiture de la capitale fédérale, Canberra. Les gens d'ici sont des durs à cuire, habitués à un ciel qui n'en fait qu'à sa tête. Ils savent qu'un jour la terre peut se craqueler de soif et, l'autre, se noyer dans des déluges. Mais depuis cinq ans, la sécheresse s'est installée à Goulburn comme si elle avait l'intention d'y boire jusqu'à la dernière goutte.
Quatorze mois de réserves. Il y a deux ans, le conseil municipal a instauré les restrictions d'eau les plus sévères possible, creusé de nouveaux puits, planté un tuyau d'urgence dans la rivière, vidé la piscine municipale, réduit l'eau et la durée des douches des 580 détenus de la prison... Mais il ne reste plus que quatorze mois de réserves. Le principal bassin est presque vide et, déjà, les canalisations s'obstruent régulièrement parce qu'il n'y circule pas suffisamment d'eau. La plupart des terrains de jeu de la ville ont dû être fermés pour éviter que les enfants se blessent sur un sol aussi dur que du béton. Goulburn se tanne comme un vieux cuir.
L'ultime solution semble être le recyclage des eaux usées. C'est bien l'avis du maire de Goulburn, Paul Stephenson, qui a lancé une vaste opération de consultation populaire. D'ici cinq mois, il choisira entre la construction d'une usine de 40 millions de dollars australiens (23,8 millions d'euros) pour transformer les eaux usées en eau potable et l'alternative d'aller chercher de l'eau jusqu'à Sydney ou à Canberra (guère mieux lotis que Goulburn), ou bien d'approfondir les réservoirs existants, voire d'en ouvrir d'autres...
Stephenson veut éviter à sa ville la bataille rangée de Toowoomba, ville de l'Etat du Queensland qui, lors d'un référendum en juillet, a rejeté à 62 % l'idée de consommer ses eaux usées. Que le procédé de recyclage proposé soit l'un des plus performants n'a rien changé à l'affaire. Ses adversaires n'ont pas lésiné sur les moyens pour convaincre les habitants qu'il était hors de question d'avaler l'eau des toilettes ; ils ont utilisé toutes les ficelles, du dégoût à la fierté nationale en passant par la peur d'attraper d'étranges maladies. L'ironie de l'histoire est que beaucoup d'Australiens boivent déjà, sans le savoir, les eaux usées et recyclées de leurs voisins. Chaque ville qui traite ses eaux usées les rejette ensuite dans une rivière où, en aval, une autre agglomération va puiser de quoi alimenter ses réservoirs, avant de rejeter à son tour ses eaux usées et traitées dans la rivière.
Un matin, dans un futur pas si lointain, dans une des grandes villes que compte l'Australie, quelqu'un ouvrira un robinet, puis un autre. Mais à la place de l'eau qui coule, il n'y aura plus qu'un sifflement dans des canalisations vides. C'est le scientifique, environnementaliste et écrivain australien Tim Flannery qui fait cette prédiction et, si ses collègues ne sont pas aussi pessimistes dans leurs commentaires, ils ont presque tous noirci le tableau de leurs hypothèses. «Je ne pense pas qu'aucun de nous s'attendait à voir le climat se modifier de cette manière au cours des cinq dernières années. Je pensais que le climat allait changer mais que cela prendrait une trentaine d'années, expliquait, il y a quelques jours, le Pr Peter Cullen, de la National Water Commission. Les gouvernements doivent considérer toutes les options disponibles comme le recyclage et la désalinisation. Je ne pense pas que nous ayons les moyens d'être doctrinaires et de rejeter quoi que ce soit. L'Australie se dessèche rapidement.»
«En train de paniquer». «Comme le désert de Gobi», titrait, il y a trois mois, le Sydney Morning Herald, l'un des principaux quotidiens. «Comme les sables mouvants... la sécheresse se rapproche des grandes villes australiennes.» Sydney, Canberra, Melbourne, Brisbane, Adelaide et Perth subissent la crise de l'eau. Et tout le monde redoute, avec l'arrivée de l'été, le retour des incendies. Perth est la ville la plus mal en point. Les précipitations sur la capitale de l'Australie de l'Ouest n'ont cessé de diminuer depuis 1970. Son usine de désalinisation n'est pas encore opérationnelle qu'elle envisage déjà d'en construire une deuxième, pour parer à l'effondrement de ses réserves, ou bien de tirer une immense conduite d'eau de plus de 2 000 km pour aller chercher de l'eau dans l'extrême nord du pays. «Je pense que les gouvernements, les bureaucrates et les ingénieurs spécialistes de l'eau sont en train de paniquer. Ils proposent des réservoirs encore plus grands, des canalisations plus grosses, commente le Dr Stuart Blanch, du World Wildlife Fund (WWF). A quoi cela sert-il si ces réservoirs restent à moitié vides ?»
L'Australie est le continent le plus vulnérable. Parce qu'il est le plus aride, il est particulièrement sensible à la sécheresse provoquée par un changement climatique dont le réchauffement de la planète semble être le principal responsable. Si elle n'a pas ratifié le protocole de Kyoto, l'Australie est ­ par habitant ­ un des pays qui produisent le plus de gaz responsables de l'effet de serre, un des plus polluants. Réduire les émissions de gaz serait sans doute la meilleure solution pour éviter que ce continent se transforme en un radeau de sable. Mais il faudra du temps. Une denrée devenue, en Australie, aussi rare que l'eau.



Libération du 11/09/06





et ça c'est pour la bière!!!! :wink:


Allemagne 117,5 l/an/hab. Hongrie 72,2 l/an/hab.
Australie 91,5 l/an/hab. Irlande 141,2 l/an/hab.
Autriche 110,6 l/an/hab. Luxembourg 101,6 l/an/hab.
Belgique 96,2 l/an/hab. Nouvelle-ZĂ©lande 72,8 l/an/hab.
Brésil 49,7 l/an/hab. Norvège 50,5 l/an/hab.
Canada 67,8 l/an/hab. Pays-Bas 78,7 l/an/hab.
Danemark 96,2 l/an/hab. Pologne 79 l/an/hab.
Estonie 75 l/an/hab. Royaume-Uni 101,5 l/an/hab.
États-Unis 81,6 l/an/hab. Slovaquie 88,4 l/an/hab.
Finlande 80,2 l/an/hab. République tchèque 157 l/an/hab.
France 35,4 l/an/hab. Venezuela 82,1 l/an/hab.


  Profil  
 
  une autre definition du paradis
Message PubliĂ© : 25 Oct 2006 14:38 
FranceDownUnder Addict
FranceDownUnder Addict
Hors-ligne
Inscription : 01 DĂ©c 2004 20:37
Message(s) : 160
Localisation : Bxl, Beyrouth, Cairns, Brisbane, Tokyo
Report: Humans stripping away planet's resources

BEIJING, China (Reuters) -- Humans are stripping nature at an unprecedented rate and will need two planets' worth of natural resources every year by 2050 on current trends, the WWF conservation group said on Tuesday.

Populations of many species, from fish to mammals, had fallen by about a third from 1970 to 2003 largely because of human threats such as pollution, clearing of forests and overfishing, the group also said in a two-yearly report.

"For more than 20 years we have exceeded the earth's ability to support a consumptive lifestyle that is unsustainable and we cannot afford to continue down this path," WWF Director-General James Leape said, launching the WWF's 2006 Living Planet Report.

"If everyone around the world lived as those in America, we would need five planets to support us," Leape, an American, said in Beijing.

People in the United Arab Emirates were placing most stress per capita on the planet ahead of those in the United States, Finland and Canada, the report said.

Australia was also living well beyond its means.

The average Australian used 6.6 "global" hectares to support their developed lifestyle, ranking behind the United States and Canada, but ahead :shock: of the United Kingdom, Russia, China and Japan.

"If the rest of the world led the kind of lifestyles we do here in Australia, we would require three-and-a-half planets to provide the resources we use and to absorb the waste," said Greg Bourne, WWF-Australia chief executive officer.

Everyone would have to change lifestyles :cry: -- cutting use of fossil fuels and improving management of everything from farming to fisheries.

"As countries work to improve the well-being of their people, they risk bypassing the goal of sustainability," said Leape, speaking in an energy-efficient building at Beijing's prestigious Tsinghua University.

"It is inevitable that this disconnect will eventually limit the abilities of poor countries to develop and rich countries to maintain their prosperity," he added.

The report said humans' "ecological footprint" -- the demand people place on the natural world -- was 25 percent greater than the planet's annual ability to provide everything from food to energy and recycle all human waste in 2003.

In the previous report, the 2001 overshoot was 21 percent.

"On current projections humanity, will be using two planets' worth of natural resources by 2050 -- if those resources have not run out by then," the latest report said.

"People are turning resources into waste faster than nature can turn waste back into resources."

Rising population
"Humanity's footprint has more than tripled between 1961 and 2003," it said. Consumption has outpaced a surge in the world's population, to 6.5 billion from 3 billion in 1960. U.N. projections show a surge to 9 billion people around 2050.

It said that the footprint from use of fossil fuels, whose heat-trapping emissions are widely blamed for pushing up world temperatures, was the fastest-growing cause of strain.

Leape said China, home to a fifth of the world's population and whose economy is booming, was making the right move in pledging to reduce its energy consumption by 20 percent over the next five years.

"Much will depend on the decisions made by China, India and other rapidly developing countries," he added.

The WWF report also said that an index tracking 1,300 vertebrate species -- birds, fish, amphibians, reptiles and mammals -- showed that populations had fallen for most by about 30 percent because of factors including a loss of habitats to farms.

Among species most under pressure included the swordfish and the South African Cape vulture. Those bucking the trend included rising populations of the Javan rhinoceros and the northern hairy-nosed wombat in Australia.


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 25 Oct 2006 15:01 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 13 Jan 2005 11:25
Message(s) : 682
Localisation : San Francisco J-2
Je me demande tout de meme comment ces messieurs sont arrives a ces resultats. L'Australie etant exportatrice de matieres premieres, il est normal qu'elle se trouve dans le girond des antimondialistes, pardon des ecologistes.

C'est probablement pour cela que l'UAE se trouve dans le peloton de tete et que la Chine n'y est pas.

Il suffit simplement d'aller faire un tour dans ces pays pour voir qui stresse la planete le plus.

Le fait est que lorsque la Chine et l'Inde atteindront un niveau de consumerisme equivalent a celui des pays occidentaux, nous allons alors vraiment chauffer! Et qui pourra le leur reprocher?! Voila 30 ans que nous leur faisons miroiter nos paradis artificiels...


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 30 Oct 2006 16:16 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 31 Mai 2006 02:52
Message(s) : 9
Localisation : sYdney
La sécheresse qui sévit vide de ses paysans une partie des régions autrefois agricoles.


ALORS QUE l'Australie vit la pire sécheresse de son histoire, le premier ministre, John Howard, vient de débloquer une aide financière supplémentaire de 218 millions d'euros ainsi que certaines facilités bancaires pour ses agriculteurs. Un coup de pouce pour un secteur sinistré puisque le ministre des Finances, Peter Costello, n'hésite pas à évoquer une véritable « récession rurale », prédisant qu'une « grande partie de la ceinture de blé ne produira pas de récolte cette année ». Certaines régions n'ont pas vu la pluie depuis six ans. Selon les prévisions météorologiques, le niveau de l'eau demeurera au-dessous de la moyenne dans plusieurs régions le trimestre prochain, ce qui pourrait faire tomber le revenu agricole à son niveau le plus bas depuis 12 ans et tronquer la croissance économique d'un des grands exportateurs de blé mondiaux de 0,5 %.


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 30 Oct 2006 16:23 
New Mate
New Mate
Hors-ligne
Inscription : 31 Mai 2006 02:52
Message(s) : 9
Localisation : sYdney
[qu ote="Sisko"]Si, si, c'est bien ça : 115,000 litres par an L'Australie consomme davantage de ressources que la plupart des autres pays et produit une telle quantité de déchets que son "empreinte écologique" est supérieure à celle de la Chine, note le Fonds mondial pour la protection de l'environnement (WWF) dans son "Rapport planète vivante 2006" publié mardi.

L'empreinte écologique d'un pays, définie par l'organisation, comprend toutes les terres cultivées, les pâturages, les forêts et les zones de pêches nécessaires pour produire la nourriture, les fibres et le bois qu'il consomme, pour absorber les déchets émis pour produire l'énergie et pour fournir de la superficie à ses infrastructures.

Or, la surface nécessaire à un Australien moyen représente 6,6 "hectares globaux", ce qui classe l'île-continent derrière les Etats-Unis ou le Canada, mais devant la Grande-Bretagne, la Russie, la Chine ou le Japon. La France, elle, pointe en onzième position.

"Si le reste du monde menait la même de vie que nous, en Australie, il nous faudrait trois planètes et demie pour fournir les ressources que nous utilisons et absorber les déchets", a souligné Greg Bourne, directeur de la branche australienne du

WWF.

Plus largement, souligne James Leape, directeur général de l'organisation en introduction du rapport, "le rapport Planète Vivante 2006 confirme que nous utilisons les ressources de la planète plus vite qu'elles ne peuvent se renouveler - les dernières données disponibles (pour 2003) indiquent que l'empreinte écologique de l'humanité, notre impact sur la planète, a plus que triplé depuis 1961".

"A présent, notre empreinte excède d'environ 25% la capacité du monde à se régénérer. En 2050, même en considérant les projections les plus optimistes des Nations unies (...), si l'accroissement de l'empreinte mondiale devait se poursuivre au rythme actuel l'humanité consommerait des ressources à un taux deux fois plus élevé que ce que la Terre peut générer", ajoute le WWF.
CEST DONC LE PRIX A PAYER


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 31 Oct 2006 22:38 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Addict
FranceDownUnder Addict
Hors-ligne
Inscription : 23 FĂ©v 2003 18:59
Message(s) : 119
Localisation : Melbourne
Sisko,

Tu ne lâches pas le morceau facilement, hein? :wink:

Mais permets-moi donc (un peu en retard) de t'expliquer mon choix de continent de référence pour comparer avec l’Australie, maintenant que tu as compris comment les calculs fonctionnent.

La raison pour laquelle j'ai choisi l’Amérique du Nord, n'est pas simplement un coup de chance. Nice try. L'Antarctique (tsss...) et l'Afrique ne sont pas franchement des exemples brillants d'équilibre réussi entre la population et son environnement. Quant à l'Asie, le problème de surpopulation est bien connu. Il n’y a qu’à voir la politique de bébé unique en Chine (qui représente un tiers de la population Asiatique) et l'article d'Azimuth, ou encore les conditions de vie en Inde (qui représente un autre tiers de l’Asie) ou les gens vivent les uns sur les autres. En voyageant en Asie du Sud-est (que je connais pas mal), la même impression de surpopulation est bien visible. Bref, je ne considère pas que l’Asie soit un bon exemple à suivre pour l'Australie pour ce qui est de l’équilibre susmentionné.

En gros, les continents (Australie mise a part) ou, a mon avis, un équilibre sain existe, sont: L'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud et l'Europe. L'Amérique du Nord, on est d'accord. L'Amérique du Sud (que tu as omise dans ta liste), avec une population d'a peu prés 370 millions, correspondrait a une Australie de moins de 14 millions d'individus: 370 millions x (343+19)/(9526+106). Quant a l'Europe, je ne sais pas quels chiffres tu as utilise pour tes calculs, mais sans pinailler sur la population exacte du continent Européen, je ne trouve pas que tes résultats contredisent de manière fondamentale la conclusion de l'Amérique du Nord ou de l'Amérique du Sud.

Donc en conclusion, certains peuvent crier au loup autant qu'ils veulent et accuser le gouvernement Australien de racisme, de politique anti-immigration, etc, mais on vit bel et bien dans un pays aride ou augmenter la population de trop n'est pas "durable", pour des raisons essentielles de manque d'eau. Ce n’est pas une excuse, c’est un fait. Si on n’aime pas les calculs comparatifs (ou si on n’est pas d’accord) c’est une chose, mais alors il suffit de voir les restrictions plus ou mois permanentes sur l’usage de l’eau dans les villes principales et les crises répétées des fermiers Australiens pour faire marcher son « common sense ». L'article de Liberation qu'a publie Remival l'explique bien.

Par conséquent, au risque de ne pas être d'accord avec certains (qui ont probablement l'habitude maintenant), je persiste et signe. Et encore une fois, nous (les Australiens) pouvons aider nos voisins Asiatiques ou autres avec des moyens differents. Dans ce post, je ne vois toujours pas l'intérêt d'augmenter la population Australienne… Pourquoi faire? Si c’est la politique d'immigration de l'Australie (réussie, contrairement à la France) qui dérange, il ne faut pas toujours rechercher la bête noire et imaginer qu’un xenophobisme endémique pousse les officiels Australiens à prendre les décisions qu’ils prennent.

Neanmoins, les articles de Jarvis donnent une nouvelle perspective (fort interessante) disons "philosophique" ou "ethique" a ce post. Il est vrai que l'empreinte ecologique des pays developes est plus grande que celle des pays sous-developes. N'oublions pas quand meme qu'une partie de cette "empreinte" part a l'export (par exemple 80% de la production de ble de l'Australie). Mais bon, en gros c'est vrai que l'Australien moyen consomme plus que l'Indien ou l'Africain moyen. Donc en fait c'est une question de style de vie. Est-ce que les Australiens sont prets a sacrifier leur style de vie pour permettre a d'autres de venir partager leur pays et ses resources? Pourquoi pas, mais malheureusement, on retourne au probleme fondamental de l'eau... qui a peu a voir avec un "style de vie" (a part piscines, jardinage et autre, qui sont deja a la baisse avec les restrictions en place...).

Ozkola


Dernière édition par ozkola le 04 Nov 2006 10:53, édité 1 fois.

  Profil  
 
  Toujours pas de Protocole de Kyoto
Message PubliĂ© : 01 Nov 2006 11:28 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Yahoo a Ă©crit :
L'Australie réaffirme ne pas vouloir ratifier le protocole de Kyoto.

Malgré la publication hier d'un rapport désastreux sur les conséquences du réchauffement climatique, l'Australie a réaffirmé sa non ratification au protocole de Kyoto.

En effet, d'après l'ancien économiste en chef de la Banque mondiale, Sir Nicholas Stern, le rapport a indiqué hier que le protocole de Kyoto aurait dû être considéré comme une première étape vers une gestion globale des émissions atmosphériques.

Le ministre australien des Ressources naturelles, Ian Macfarlane, a réaffirmé par contre que son pays était sur la bonne voie pour respecter les objectifs d'émissions fixés par cet accord international et cela sans utiliser l'énergie nucléaire et que l'Australie ne ratifierait pas le Protocole de Kyoto.

Le gouvernement australien a consacré deux milliards de dollars australiens (1,2 mds d'euros) à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La sécheresse agravée cette année ne semble pas lui conseiller une ratification attendue pourtant par tous les mouvements écologistes australiens et de nombreux partenaires étrangers comme la France et la Grande-Bretagne.

http://www.yahoo.com


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 01 Nov 2006 21:17 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 13 Jan 2005 11:25
Message(s) : 682
Localisation : San Francisco J-2
Ce qui est bien avec Oskola c'est qu'on sait a quoi s'attendre :) On ne va quand meme pas comparer un pays Blanc avec l'Afrique ou l'Asie tout de meme! "l'equilibre sain" :roll: ne se trouve donc qu'aux Ameriques et en Europe. Que penser donc du Luxembourg dont la densite de la population est l'une des les plus elevees au monde. Heureusement que les banques discretes sont la pour enrichir tout ce grand monde...

D'autre part, pourquoi cette absurde comparaison des utilisations de flotte par pays?!? :? N'est -il pas evident qu'un pays n'ayant pas de problemes d'eau en utilise plus qu'un pays qui n'en n'a pas?? Apres tout, l'Australie n'en est pas encore au conflit ouvert avec un autre pays pour cette ressource. La situation est plus plus strategique et urgente pour Singapour ou l'Etat Palestinien a ce niveau la.

Alors, oui l'Australie est un pays qui manque d'eau. Personne ne le nie, Oskala. Ce que l'on peut reprocher a l'Australie -et la je suis d'accord avec Sisko- c'est de ne pas elever cette ressource a un niveau plus strategique pour son developpement.
L'Australie est un gros exportateur de ble, de laine et de cotton... dont la production necessite des tres grandes quantite d'eau. Nous ne sommes plus en Irlande ou en Angleterre que diable! Il serait temps d'apprendre a produire des denrees adaptees au climat local, non?

Aujourd'hui le gouvernement verse des subsides "secheresse" aux agriculteurs et aux eleveurs dont la production est essentiellement destinee aux marches internationaux alors que le pays manque de main d'oeuvre necessaire a sa croissance. Autrement dit, le gouvernement vide ses caisses a cause d'un probleme endemique mais refuse d'ouvrir ses portes pour la meme raison... Perdant sur tous les tableaux! Etonnant? Pas vraiment. Il suffit d'etablir les attaches qu'ont de nombreux politiciens aux rendement des terres du pays (et par la je ne veux pas parler de patriotisme) pour se rendre compte des interets (conflits d'interets?) en jeu alors meme que la valeur de ce secteur dans le PNB est en decroissance.


  Profil  
 
  Les cours du blĂ© s'envolent Ă  cause de la sĂ©cheresse.
Message PubliĂ© : 01 Nov 2006 21:38 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 26 Nov 2004 05:07
Message(s) : 410
Localisation : annecy
18 octobre 2006, Les Echos, Le Figaro, Tahiti Presse, AFP et Le Soleil (Canada)
Copyright www.tsr.ch


L’Australie est aux prises à une forte sécheresse qui se traduit sur les cours mondiaux du blé. Le quotidien économique Les Echos signalait dès le 13 octobre dernier que la sécheresse australienne « devrait réduire l’offre mondiale de cette céréale en 2006-2007 de près de 34 millions de tonnes par rapport à la saison précédente, à 585,1 millions de tonnes ». L’article, qui précise que l’Australie est le troisième exportateur de blé mondial, évoque un « déficit » de l’offre mondial de 26 millions de tonnes sur les marchés mondiaux. L’information est reprise aujourd’hui par Le Figaro, qui revient sur la hausse de 30% du prix du blé à la bourse de Chicago consécutive aux informations sur les mauvaises récoltes australiennes attendues. « Cette crise qui affecte l’Australie s’inscrit dans un contexte de pénurie mondiale », explique Fabrice Amedeo.
Le Figaro publie également un reportage de Joëlle Andréoli à Sidney qui dépeint « un pays qui se vide de ses paysans », frappé de « récession rurale ». L’expression est empruntée au ministre australien des Finances, Peter Costello.

La journaliste cite également « certains experts, comme le professeur Peter Cullen, un écologiste membre de la Commission nationale de l’eau », qui « osent prononcer une vérité que beaucoup d’Australiens refusent d’entendre, à savoir que certaines régions du pays ne sont pas compatibles avec l’agriculture parce que naturellement trop arides.
Ces histoires de sécheresse font la une des journaux depuis au moins dix ans. Nous devrions simplement accepter que certains endroits ne sont pas utilisables pour l'agriculture et nous devons aider les gens à les évacuer - donner de l'argent au goutte à goutte pour maintenir le statu quo ne permet pas à l'agriculture de s'ajuster aux réalités climatiques que nous voyons actuellement. »
.
L’agence Tahiti Presse décrit à son tour un pays en proie à la sécheresse et aux incendies. L’agence souligne la grave« pénurie d’eau » de l’Australie, devenue selon elle un « problème "national". » Scientifique australien et écrivain, auteur à succès d’un ouvrage intitulé en français "les Faiseurs de pluie", Tim Flannery confirme dans une interview au journal canadien Le Soleil. « Dans mon pays, l’Australie, l’eau est déjà un problème politique majeur. Il n’y a pas une seule ville australienne ou presque qui ne souffre pas d’une forme quelconque de déficit en eau ». L’auteur dénonce également l’utilisation de charbon pour pomper l’eau. L’agence AFP signale, au détour d’une dépêche consacrée à la sécheresse australienne publiée sur le site Pleinchamps, que le gouvernement envisage d’introduire « une source d’énergie controversée en Australie : le nucléaire ». Le pays détient en effet 40% des ressources mondiales d’uranium, « mais n’a jamais opté pour l’énergie nucléaire, qui suscite beaucoup de réticences dans le pays », souligne l’AFP.


Mission Agrobiosciences. Revue de presse du mercredi 18 octobre 2006, Les Echos, Le Figaro, Tahiti Presse, AFP et Le Soleil Canada


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 04 Nov 2006 10:37 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Addict
FranceDownUnder Addict
Hors-ligne
Inscription : 23 FĂ©v 2003 18:59
Message(s) : 119
Localisation : Melbourne
Victor,

Relis bien mon post... L'Amérique du Sud n'est pas "blanche" que je sache et elle fait partie du groupe de continents dont je disais que l'équilibre des hommes avec leur environnement est sain. Alors qu'est-ce que tu racontes?

Tes insinuations diffamatoires à mon égard commencent a bien faire. Ce n'est pas la première fois que je te rappelle à l’ordre et la dernière fois tu t'étais plus ou moins excusé. Il va peut-être falloir que j'informe les gérants du FDU de tes propos un de ces jours, parce que je ne vois pas d’autre moyen d’exprimer des opinions différentes des tiennes sans que tu te croies permis de m'inclure publiquement sur ta liste de chasse aux sorcières.

Quant au contenu, je n'ai plus le temps ou l'envie de me lancer dans des explications de texte incessantes (par exemple le fait que les chiffres qui supportent mon analyse ne représentent pas "l'utilisation de flotte" comme tu dis, mais la quantité "d'eau disponible") et encore moins d'essayer de te convaincre de l'essence de ce que je dis, vu que tu m'as déjà catalogué.

Je laisse donc tomber ce post, ca vaudra mieux. Merci aux autres pour leurs contributions enrichissantes et Ă  bon entendeur salut.

Ozkola


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 04 Nov 2006 19:31 
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 23 Juil 2004 21:42
Message(s) : 889
ozkola a Ă©crit :
...
Tes insinuations diffamatoires à mon égard commencent a bien faire... Il va peut-être falloir que j'informe les gérants du FDU de tes propos un de ces jours, parce que je ne vois pas d’autre moyen d’exprimer des opinions différentes des tiennes sans que tu te croies permis de m'inclure publiquement sur ta liste de chasse aux sorcières.

Je laisse donc tomber ce post, ca vaudra mieux. Merci aux autres pour leurs contributions enrichissantes et Ă  bon entendeur salut.

Ozkola


Ta réaction est peut-être un peu exagérée Ozkala non ? Les propos de Victor n'ont rien de diffamatoire à mon sens. Je trouve le post de Victor plutôt intéressant.
Pourquoi l'eau est elle traitée comme une ressource illimitée lorsqu'il s'agit d'agriculture et comme une ressource épuisée lorsqu'il s'agit d'immigration ?
Encore une fois, les habitants de ce merveilleux pays n'assument que 10% de la consommation totale d'eau ! L'agriculture est reponsable de 70% de la consommation d'eau. Alors si on voulait vraiment obtenir des résultats....on adapterai, comme le suggère Victor, nos pratiques agricoles à notre environnement. A moins que les résultats cherchés ne se comptent qu'en dollars et sur du court terme.

sisko


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 05 Nov 2006 19:57 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 13 Jan 2005 11:25
Message(s) : 682
Localisation : San Francisco J-2
Ozkola,

C'est moi qui devrais te renvoyer a tes posts qui sont souvent a la limite du racisme.

Citer :
L'Antarctique (tsss...) et l'Afrique ne sont pas franchement des exemples brillants d'équilibre réussi entre la population et son environnement. Quant à l'Asie, le problème de surpopulation est bien connu.... En voyageant en Asie du Sud-est (que je connais pas mal), la même impression de surpopulation est bien visible. Bref, je ne considère pas que l’Asie soit un bon exemple à suivre pour l'Australie pour ce qui est de l’équilibre susmentionné.... En gros, les continents (Australie mise a part) ou, a mon avis, un équilibre sain existe, sont: L'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud et l'Europe.


Je n'invente pas tes propos!

Quand a l'Amerique du Sud, jusqu'a recemment l'elite politique et economique de tous les pays d'Amerique du Sud etait blanche. Pas indienne, pas black. Il n' y a que les Americains pour explicitement faire une difference entre "hispanics" et "caucasians" que nous ne faisons pas en Europe.

Tu parles "d'equilibre sain"...l'equilibre de l'homme dans son environement...mais c'est quoi ca?!? Comment peut on mesurer la densite de la population par la disponibilite de l'eau et parler d'equilibre sain? Ca n'a pas de sens logique. En quoi est ce que la Colombie ou le Bresil ou l'Argentine sont plus sain que la Malaisie, la Thailande ou le Japon?

Monaco (23,660 hab/km2), Hong Kong (6,400 hab/km2) et Singapour (6,300 hab/km2) sont les pays ayant la plus forte densite de population au monde. Je ne vois absolument pas ou est le desequilibre de ces pays qui justement savent extremement bien gerer leur population. D'ailleurs, Singapour a les meme problemes que l'Australie pusiqu'elle depend presque entierement de la Malaisie pour son appro en eau.

Par contre, l'Australie (2.6 hab/km2) est 224eme pays sur 230 en terme de densite, devant la Namibie, la Guyane et la Mongolie!

La moyenne mondiale se situant autour de 77 hab/km2, l'Autralie devrait donc pouvoir gerer 600 million d'habitants! Si l'on accepte que seul 25% du territoire est viable, cela fait tout de meme 150 million d'habitants...

La diversite des pays du monde montre bien nos capacites a nous adapter a notre environment. L'Australie -peut etre du a la relative recente colonisation anglophone- montre un remarquable manque d'adaptation aux conditions climatiques locales et ses industries agricoles grandes consomatrices d'eau en sont bien la preuve. Comme le dit Sisko, la population ne comsomme que 10% d'eau.


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 07 Nov 2006 07:30 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 26 Nov 2004 05:07
Message(s) : 410
Localisation : annecy
En Suisse , on a pensé recouvrir les glaciers l'été afin de limiter leur fonte dûe au réchauffement de la planète et en Australie ?






La Grande barrière avec... des parasols géants





L 'Australie envisage d’utiliser d’immenses parasols pour stopper les effets destructeurs du réchauffement climatique sur certaines portions de la Grande barrière de corail , le plus vaste ensemble corallien au monde, a indiqué le gouvernement.

Selon, le ministre du Tourisme, Fran Bailey, le gouvernement étudie le financement de vastes parasols pour protéger les parties les plus vulnérables du récif au large des côtes du Queensland, après un essai concluant de deux années. Des scientifiques ont averti en début d’année que la température élevée de l'Océan liée au réchauffement global était à l’origine d’importants phénomènes de blanchissement des coraux en certains endroits de la barrière, considérée comme l’une des sept merveilles de la planète. Le blanchissement se produit lorsque les algues qui donnent aux coraux leurs couleurs meurent, ne laissant subsister que le squelette calcaire du corail.

Les parasols, dont le concept est développé par des chercheurs du Queensland, seront maintenus en place, grâce à des pontons flottants.

Russell Hore, spécialiste en biologie marine, a indiqué que bien que l’idée soit apparue un peu saugrenue à la base, tout devait être envisagé pour protéger de nouveaux blanchissements la Grande barrière, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.


:shock:


  Profil  
 
 
Message PubliĂ© : 08 Nov 2006 20:11 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 26 Nov 2004 05:07
Message(s) : 410
Localisation : annecy
L'Australie connait sa pire sécheresse depuis mille ans



L'Australie connaît sa pire période de sécheresse depuis mille ans, a affirmé un expert lors d'une réunion de crise mardi des responsables australiens consacrée au risque d'assèchement des rivières du pays.

Les conclusions de David Dreverman, responsable d'une étude sur le système fluvial le plus important du pays, ont été présentées au Premier ministre conservateur John Howard et aux Premiers ministres de trois Etats d'Australie parmi les plus touchés par la sécheresse lors d'une réunion à Canberra.


Le Premier ministre Howard s'est montré sceptique par rapport aux conclusions de l'expert, estimant que "personne ne sait si cette sécheresse est la pire depuis mille ans", mais a reconnu que la pays souffre d'une "très grave sécheresse", selon des participants.

John Howard avait convoqué cette réunion à Canberra alors que des études démontrent que le système fluvial regroupant les rivières du bassin de Murray-Darling, mises à mal par six ans de sécheresse, pourraient être à sec dans les six prochains mois.

Près de 30 rivières et des centaines de leurs affluents qui irriguent près de 70% des terres irriguées de l'Australie sont menacés par cet assèchement.

La vague de sécheresse inédite qui sévit en Australie risque d'entraîner une chute de 20% de la production agricole et de peser sur les exportations, avait averti la semaine dernière le ministre australien des Finances, Peter Costello.

Continent habité le plus sec du globe, l'Australie est confrontée à une sixième année consécutive de sécheresse.

En 2002, la sécheresse avait provoqué une baisse de 25% de la production agricole et coûté 0,8 point de pourcentage à la croissance.

Le gouvernement a récemment rallongé l'enveloppe des aides aux agriculteurs pour limiter l'impact économique du fléau. Près de la moitié des terres agricoles d'Australie ont été déclarées éligibles à ces aides.

Le Monde.


  Profil  
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis :  Trier par  
RĂ©pondre au sujet  [ 63 message(s) ]  Aller vers la page PrĂ©cĂ©dent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Dernières discussions sur les forums FranceDownUnder.com:




Forums powered by phpBB
©2002-2014 FranceDownUnder.com