RĂ©pondre au sujet  [ 63 message(s) ]  Aller vers la page PrĂ©cĂ©dent  1, 2, 3, 4, 5

Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Auteur Message
  CoopĂ©ration NASA-CNES : première rencontre en Australie
Message PubliĂ© : 08 Mars 2007 05:38 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Flash d'Océanie a écrit :
Australie/France/USA Recherche-Espace-Climat
Coopération NASA-CNES : première rencontre en Australie pour les changements climatiques


CANBERRA, 6 mars (Flash d'Océanie) – Les scientifiques de l'agence spatiale américaine NASA et de la française CNES (Centre National d'Études Spatiales) participeront à partir du 12 mars à une réunion, réputée être la première du genre pour l'hémisphère en matière d'observation des phénomènes de changements climatiques à partir de données satellitaires.

Cette réunion, qui réunira au total quelque deux cent scientifiques et climatologues, du 12 au 15 mars à Hobart (État de Tasmanie, Sud de l'Australie), devrait notamment s'attacher à la collecte, la mise en commun, l'analyse et une éventuelle modélisation des données recueillies par les satellites pour mieux observer et prévoir les phénomènes mondiaux de changements climatiques (y compris le phénomène El Niño, qui a effectué un retour dans le Pacifique ces derniers mois) et de montée du niveau des océans.

Autres phénomènes qui pourraient être mieux prédits par ces technologies : les courants marins et leurs trajets.

L'une des équipes scientifiques déjà constituées, spécialisée dans la topographie de la surface des océans, est articulée autour d'une collaboration entre la NASA et le CNES, rapporte mardi le quotidien The Age.

Accord bilatéral franco-américain fraîchement signé

Le 23 janvier dernier, François Goulard, ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche et Michael Griffin, Administrateur de la NASA, ont signé à Paris un accord inter-gouvernemental de coopération qui vise notamment à "faciliter la coopération spatiale" entre les deux pays, notamment dans les domaines de l'observation de la Terre.

Cet accord implique, côté américain, et outre la NASA, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), dont une branche est spécialisée dans la surveillance des tsunamis.

Dans le cadre de ces accords, les deux pays poursuivent déjà des missions communes, comme Jason-1, mission d'altimétrie océanographique qui a succédé à Topex-Poséïdon et sera suivie de Jason-2 en 2008, précise le CNES dans un communiqué.

Source : http://newspad-pacific.info


  Profil  
 
  L'UE dĂ©nonce les USA et l'Australie
Message PubliĂ© : 03 Avr 2007 21:54 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Yahoo a Ă©crit :
L'Union Européenne dénonce l'attitude des États-Unis et de l'Australie en ouverture de la réunion du GIEC

BRUXELLES (AP) - Le commissaire européen à l'Environnement Stavros Dimas a accusé lundi les États-Unis et l'Australie de ne pas agir suffisamment contre les gaz à effet de serre, en ouverture d'une nouvelle réunion du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Les experts du GIEC ont entamé lundi à Bruxelles une semaine de travaux à huis clos visant à mettre la dernière main à un rapport sur les impacts du réchauffement sur la planète dans les prochaines décennies, qui sera rendu public vendredi.

Les États-Unis doivent mettre fin à leur «attitude négative» sur la négociation d'un nouvel accord international sur la réduction des gaz à effet de serre (GES), a martelé M. Dimas. «Nous attendons des États-Unis une coopération plus étroite, a souligné le commissaire grec en prélude à la conférence. Il est absolument nécessaire qu'ils agissent, car autrement d'autres pays, surtout ceux qui sont moins développés, n'auront aucune raison d'agir.»

M. Dimas a également critiqué l'Australie pour son rejet du protocole de Kyoto sur la réduction des GES. «Je n'arrive pas à comprendre pourquoi l'Australie n'a pas ratifié le protocole de Kyoto», a-t-il déclaré, ajoutant que 80 % de l'opinion publique australienne était favorable au texte, qui demande à 35 pays industrialisés de réduire leurs émissions.

«Les conséquences du réchauffement de la planète sont de plus en plus claires», a constaté de son côté le premier ministre belge Guy Verhorstadt lors de la réunion. Stavros Dimas a souligné que le récent engagement de l'Union européenne de réduire d'au moins 20 % ses émissions de carbone d'ici 2020 par rapport à leur niveau de 1990 avait été décidé en partie suite au rapport publié par le GIEC le 2 février à Paris.

À Bruxelles, le groupe de travail II du GIEC doit approuver une étude élaborée depuis six ans qui dresse un tableau inquiétant de ce qui risque d'arriver d'ici le milieu du siècle si les émissions de GES ne sont pas freinées : pauvreté croissante, pénuries d'eau potable, fonte des glaciers et calottes glaciaires et disparitions de nombreuses espèces.

La réunion rassemble quelque 285 délégués de 124 pays, aux côtés de la cinquantaine de scientifiques qui ont rédigé le rapport et de dizaines d'observateurs d'organisations non gouvernementales. «Nous devons comprendre ce que le changement du climat signifie pour nous dans nos propres vies et comment cela va affecter les systèmes naturels et sociaux», souligne le climatologue indien Rajendra Pachauri, président du GIEC. Les discussions pourraient notamment porter sur les prévisions concernant le nombre de personnes qui courront des risques élevés compte tenu du changement des écosystèmes.

Il s'agira du deuxième des documents du GIEC programmés dans le cadre du Bilan 2007 des changements climatiques. Le premier, présenté en février à Paris, a conclu avec une quasi-certitude que le réchauffement était provoqué par l'activité humaine.

Le nouveau rapport sera présenté au sommet du G8 organisé en juin en Allemagne, qui, espère l'UE, incitera les États-Unis à accroître leurs efforts pour réduire les émissions.

Un troisième rapport du GIEC, attendu en mai sur «l'atténuation des changements climatiques», avant la publication à l'automne d'un Rapport de synthèse, soulignera les moyens possibles de ralentir les effets du réchauffement.

Le rapport débattu cette semaine fait état de perspectives alarmantes même s'il n'est pas sûr que toutes se produiront : d'ici 25 ans, la famine et les décès dus à la diarrhée devraient menacer les pays pauvres, où l'eau se raréfiera, selon le document dont l'Associated Press a obtenu une copie. En outre, la hausse des températures marines détruira probablement les récifs coralliens et les poissons qui en dépendent, et des dizaines de millions de personnes, notamment le long des côtes, risquent d'être affectées par des inondations.

Source : http://www.yahoo.fr


  Profil  
 
  Le plus grand projet photovoltaĂŻque au monde
Message PubliĂ© : 19 Mai 2009 02:21 
Avatar de l’utilisateur
FranceDownUnder Expert
FranceDownUnder Expert
Hors-ligne
Inscription : 07 Jan 2003 11:15
Message(s) : 1092
Localisation : Sydney, NSW, Adelaide, SA, et Versailles, France
Flash d'Océanie a écrit :
Australie-environnement-Ă©nergie-solaire:
L’Australie annonce un le plus grand projet photovoltaïque au monde

CANBERRA, 18 mai (Flash d'Océanie) – Kevin Rudd, Premier ministre australien, a annoncé ce week-end un projet de construction de ce qu’il a d’ores et déjà qualifié de plus grande centrale de production d’énergie photovoltaïque au monde, pour un coût affiché à l’équivalent de plus de 775 millions d’euros.

Cette centrale, qui serait située dans l’État de la Nouvelle-Galles-du-Sud (État australien le plus peuplé, où se trouve Sydney), serait composée de quatre sites mis en réseau, pour un total de production nominale de mille Mégawatts.

Des appels d’offres devraient être lancés pour ce projet avant la fin de l’année, a précisé le chef de l’exécutif australien.

Actuellement, le site de production d’énergie photovoltaïque considéré comme le plus puissant au monde est situé en Californie avec une capacité nominale d’environ trois cent Mégawatts.

L’Australie devrait par ailleurs rejoindre dans les prochains jours en tant que membre plein l’Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables, dont la prochaine réunion aura lieu en juin.

Source : http://newspad-pacific.info


  Profil  
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis :  Trier par  
RĂ©pondre au sujet  [ 63 message(s) ]  Aller vers la page PrĂ©cĂ©dent  1, 2, 3, 4, 5


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Le fuseau horaire est UTC+8 heures [Heure d’été]

Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  

Dernières discussions sur les forums FranceDownUnder.com:




Forums powered by phpBB
©2002-2014 FranceDownUnder.com